L’humoriste controversé se retrouve une fois encore devant la justice. Dieudonné est jugé ce mercredi par le tribunal correctionnel de Paris pour provocation à la haine raciale suite aux propos qu’il a tenus à l'égard du journaliste Patrick Cohen.

Dieudonné repasse par la case justice. Le polémiste est attendu ce mercredi au tribunal correctionnel de Paris où il sera jugé pour provocation à la haine raciale. Une affaire qui fait suite aux propos qu’il a tenus à propos du journaliste de France Inter, Patrick Cohen, en décembre 2013.

Alors que le journaliste avait assuré à l’antenne que jamais il n’inviterait Dieudonné et s’insurgeait que certains de ses confrères refusent d’en faire de même, l’humoriste l’avait ensuite cité dans l’un des sketchs de son spectacle "Le Mur".  Aussi, et dans un reportage diffusé sur France 2 en décembre 2013, on pouvait voir le polémiste dire : "Tu vois, lui, si le vent tourne, je ne suis pas sûr qu’il ait le temps de faire sa valise. Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz…Dommage".  Des propos qui avaient ensuite été très largement diffusés. Au point que Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, était monté au créneau. Il avait alors donné aux préfets pour consigne d’engager des mesures d’interdiction de représentations du spectacle de Dieudonné et ce, pour risque de "trouble à l’ordre public". Le polémiste avait ensuite tenté plusieurs recours, en vain. Aussi avait-il était contraint de revoir sa copie et de présenter un nouveau spectacle dénué d’attaques frontales envers les juifs.

Un "vif échange" entre Dieudonné et Patrick Cohen ?Aujourd’hui, la défense de Dieudonné entend donc plaider la relaxe en faisant valoir que les propos tenus par l’humoriste à l’égard de Patrick Cohen relevait avant tout "d’un échange, vif certes, mais un échange" à distance entre les deux hommes. "Nous allons voir exactement les propos de M. Cohen", a d’ailleurs expliqué l'avocat de Dieudonné, lequel dit avoir renoncé à faire citer le journaliste comme témoin "pour la sérénité des débats".

Publicité
Déjà condamné à plusieurs reprises pour diffamation, injure et provocation à la haine raciale, Dieudonné encourt jusqu’à un an de prison et 45 000 euros d’amende. Il sera d’ailleurs à nouveau convoqué le 4 février prochain devant le tribunal correctionnel pour apologie du terrorisme à cause d’un message qu’il a posté sur Facebook et dans lequel il disait se sentir "Charlie Coulibaly".

 Ci-dessous, la vidéo du mariage de Dieudonné avec Noémie Montagne 

mots-clés : Dieudonné

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité