Le médecin marseillais fait, une fois n'est pas coutume, l'objet de polémiques. Cette fois, il est accusé de ne pas avoir respecté le consentement de ses patients.
Didier Raoult a-t-il prescrit de l’hydroxychloroquine à des patients qui ne le souhaitaient pas ?AFP

Il n'avait pas recueilli leur "consentement libre et éclairé". Didier Raoult, connu pour avoir proposé un traitement contre le coronavirus Covid-19, déchaîne les passions depuis les débuts de la crise sanitaire. D'aucuns l'accusent parfois d'être un gourou tandis que d'autres lui prêtent le statut de visionnaire et font de lui un véritable providence. Pourtant, cette nouvelle polémique pourrait peut-être inquiéter davantage le chercheur.

En effet, rapporte le portail Yahoo Activité sur la base des informations du Canard Enchaîné, le médecin est accusé d'avoir prescrit et administré de l'hydroxycloroquine a des patients qui n'avaient pas pleinement adhéré à l'emploi de ce traitement, dans le cadre de ses essai clinique. Or, il s'agit là d'une action criminelle, contraire à la loi. C'est l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui soupçonne le scientifique et a déclenché une procédure. Pour rappel, il s'agit d'un établissement public, autorité unique en matière de régulation des recherches biomédicales. Et ce n'est pas le seul acteur à prendre en compte.

Un autre infectiologue a signalé le professeur Raoult au début de l'épidémie

Après la publication d'une étude en mars par l'IHU Méditerranée-Infection, où le professeur Raoult procédait à ses essai, un autre médecin infectiologue aurait contacté l'ANSM. Laquelle a donc mené une enquête concluant que "les modalités d'information des patients et de traçabilité de la motivation de la prescription ne sont pas conforme aux exigences légales". L'ANSM a donc saisi l'Ordre national des médecins pour trait le clair dans cette affaire.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.