Un homme s'est accusé du meurtre de Delphine Jubillar à sa femme, avant d'être auditionné puis relâché. Les avocats de Cédric Jubillar regrettent que cette piste n'ait pas été "assez exploitée".
Delphine Jubillar :AFP

Des pistes inexploitées ? La disparition de Delphine Jubillar, dans la nuit du 15 au 16 décembre derniers, reste un mystère, même sept mois après les faits. Pour les gendarmes et les magistrats instructeurs, Cédric Jubillar fait figure de principal suspect, car il est la dernière personne à avoir vu sa femme en vie ce soir-là. Il a été mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint", mais conteste toute implication dans la disparition de sa femme et reste présumé innocent jusqu’à preuve du contraire.

Affaire Jubillar : des alibis qui n'ont pas été vérifiés ?

Placé en détention provisoire depuis un mois, le trentenaire doit rester en prison, la demande de ses avocats ayant été rejetée par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse (Haute-Garonne). Alors que le plus grand secret était maintenu autour du dossier entre les mois de décembre et juin, des informations sont désormais livrées au compte-goutte dans la presse et éclairent l’affaire d’un nouveau jour. Les enquêteurs pensent avoir accumulé assez d’éléments qui convergent vers Cédric Jubillar, mais ses conseils en ont rejeté certains. Ils s’étonnent notamment que certaines pistes n’aient pas été fouillées en profondeur durant l’enquête.

Si la théorie d’un départ volontaire a rapidement été mise de côté, Mes Alary, Franck et Martin s’étonnent que la piste d’un rôdeur ou d’un délinquant n’ait pas été plus approfondie. On sait déjà que les personnes inscrites au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAIS) et résidant dans les environs ont été interrogées.

Pourtant, selon les avocats de Cédric Jubillar, leurs alibis n’auraient pas été vérifiés, ce qui, pour eux, ne permet donc pas de refermer complètement ces hypothèses de travail. Ils s’étonnent également des aveux d’un homme qui n’ont pas été retenus par les gendarmes, car il aurait agi pour faire peur à sa compagne… Que sait-on de cette piste et de cette femme ?

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.