IllustrationAFP

"Gilets jaunes" ou casseurs ? Philippe Saurel distingue les deux

"Je différencie bien ceux qui manifestent de ceux qui cassent. Mais je déplore la casse du mobilier urbain, des vitrines cassées. Il y a eu à Montpellier, 19 interpellations, 18 personnes placées en garde à vue et 11 fonctionnaires de police blessés. Je déplore et condamne cette violence qui met le pays dans un état de tensions inacceptables", déclare le maire de la ville sur BFMTV.

En effet, une dizaine de personnes auraient été légèrement blessées, selon la préfecture de l’Hérault, ainsi que 11 professionnels des forces de l’ordre. Par ailleurs, 19 individus ont été interpellés, dont 18 d’entre eux ont été placés en garde à vue.

Si la préfecture a dénombré samedi dernier, 2 000 "gilets jaunes" dans la ville occitane, Philippe Saurel a lui, fait état de la présence de "beaucoup d’anarchistes, de squatteurs et de zadistes", qui selon lui, seraient liés à des "circuits organisés". 

Interrogés par l’AFP, des "gilets jaunes" se sont dits dans "l'impossibilité de manifester pacifiquement du fait de l'usage massif par les forces de l'ordre de gaz lacrymogènes et de canons à eaux". Des propos qui circulent depuis plusieurs semaines maintenant au sein des manifestants.

Vidéo en lien avec le sujet : Gilets jaunes : Emmanuel Macron fustige les casseurs