Bientôt trois semaines après les attentats de Paris et Saint-Denis, les autorités ont fait une découverte macabre au Bataclan : la jambe d'un des kamikazes se trouvait sous un amplificateur de la salle de spectacle. Jusqu'à présent, personne ne l'avait remarquée.

Une découverte macabre. Selon les informations du Point, la police judiciaire parisienne a récemment découvert la jambe d’un des kamikazes qui a fait feu au Bataclan le mois dernier. Bientôt trois semaines après cette terrible attaque qui a fait 90 morts, ce membre détaché a en effet été retrouvé sous un amplificateur de la salle de concert. C’est d’ailleurs grâce à des intermittents du spectacle qui souhaitaient récupérer leur matériel jusqu’à présent mis sous scellés que les enquêteurs ont fait cette étrange découverte.

A lire aussi –Attentats du 13 novembre : comment Hollande, Valls et Cazeneuve ont vécu cette terrible nuit

"L’amoncellement de cadavres et de gravats n'avait pas permis de retrouver les corps complets des terroristes"En effet, après les attentats, les lieux avaient été passés au peigne par la police technique et scientifique (PTS)  fin mais personne n’avait noté la présence de cette jambe. "L’amoncellement de cadavres et de gravats n'avait pas permis de retrouver les corps complets des terroristes. C'est en déplaçant un amplificateur que les enquêteurs se sont rendu compte de l'oubli de leurs collègues de la PTS", explique l’hebdomadaire.

Selon les premières constatations, la jambe pourrait appartenir à Samy Amimour. Agé de 28 ans, ce kamikaze était rentré de Syrie pour commettre les attentats de Paris et Saint-Denis. Habitant à Drancy, en Seine-Saint-Denis, le terroriste était parti rejoindre Daech en octobre 2013.

En vidéo -  Après les attentats, les Eagles of Death Metal veulent être les premiers à rejouer au Bataclan

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.