Daniel Cohn-Bendit, ex-meneur du mouvement étudiant, a reçu jeudi son titre de doctorant à l'université de Nanterre, 46 ans après mai 68.
AFP

Daniel Cohn-Bendit, célèbre pour son implication dans le mouvement étudiant de mai 68, est revenu jeudi à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, non pas pour l’occuper, mais pour obtenir son doctorat. Le docteur honoris causa (pour l’honneur) de 69 ans, est brièvement redevenu pour l’occasion "Dany le Rouge" lorsqu’il a revêtu une toge noire et rouge.

"Un jeune homme insolent et espiègle à la personnalité charismatique"

Daniel Cohn-Bendit, considéré 46 ans plus tôt comme le principal meneur du mouvement étudiant, avait participé à l’occupation de l’université de Nanterre et de la Sorbonne à Paris. Le jeune homme, juif allemand né en France, avait par la suite quitté la France, où il était devenu indésirable, avant de revenir clandestinement pour railler les ministres de l’époque. "C’est un peu paradoxal que le président de l’université de Nanterre entame l’éloge du plus célèbre et du plus important contestataire que notre université ait connu" a déclaré Jean-François Balaudé, président de l’université de Nanterre lors de la cérémonie. Bien que Daniel Cohn-Bendit n’ait pas été un élève modèle, le président a tout de même salué "un jeune homme insolent et espiègle à la personnalité charismatique".

Un pilier du Parlement

Mais l’homme a également été récompensé pour la suite de son parcours. "Dany le Rouge" s’est au fil du temps transformé en "Dany le Vert" puis en "Dany l’européen" lorsque l’homme s’est dirigé vers une carrière politique. Elu eurodéputé des Verts en Allemagne et en France, Daniel Cohn-Bendit a notamment soutenu l’émergence du mouvement écologiste en Europe et a joué un rôle significatif au Parlement européen pendant 20 ans. L’ex-député européen a déclaré au cours de la cérémonie "l'Europe est la seule utopie qui vaille le coup aujourd'hui. Oui, l'Europe ne fonctionne pas, mais c'est quand même un rêve extraordinaire. Il faut avoir le courage d'avoir envie de quelque chose, pas seulement de dénigrer".

Daniel Cohn-Bendit a achevé son discours en dédiant son doctorat au footballeur brésilien Socrates, fervent défenseur de la démocratie, décédé en 2011 et à Rémi Fraisse, victime d’une grenade offensive de gendarmes dans le Tarn. "Je dédie mon doctorat à Socrates, qui a réalisé l'unité de la politique et du football et à Rémi Fraisse, jeune étudiant botaniste qui a perdu la vie parce qu'il croyait en l'environnement. J'espère que cela ne se reproduira plus" a-t-il expliqué.

A lire aussi -Daniel Cohn-Bendit : les écologistes lui ont fait un procès d'adieu

Vidéo sur le même thème : Daniel Cohn-Bendit retourne à l'université

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : L'actualité du jour... Vue par Twitter !