Suite à un oubli de l'état civil, le petit Eric n'a toujours pas d'existence légale deux mois après sa naissance. 

Eric est né le 26 février au centre hospitalier de Créteil dans le Val-de-Marne. Pourtant, aux yeux de loi, il n’existe pas. Sa déclaration de naissance n’a pas été prise en compte par le service d’état-civil de Créteil.

A lire aussi -Billets gratuits à vie, double nationalité... La vérité sur les bébés nés dans les avions

C’est en allant demander un extrait d’acte de naissance que la mère d’Eric, Anabela, s’aperçoit qu’il y a un problème : "La personne qui m’a reçue ne le trouvait pas (…) elle m’a dit que je me trompais, que j’avais dû accoucher en 2014", indique-t-elle au journal Le Parisien.

"L’hôpital a fait le nécessaire pour la déclaration de naissance auprès de l’état-civil, mais pour des raisons que je ne connais pas, la ville n’a pas pris en compte cette déclaration", explique la jeune femme.

Une situation compliquée

Une procédure est engagée par le tribunal de grande instance de Créteil, seule solution pour donner une identité légale au petit Eric. Mais là encore, rien n’est simple.

La jeune maman doit fournir une quantité de documents, dont son extrait d’acte de naissance qui se trouve au Portugal : "J’ai fait la demande auprès du consulat. L’opération a pris un mois et demi, et m’a coûté 68 euros. Mais la mairie m’a expliqué qu’on n’avait toujours pas le document".

Une situation compliquée pour Anabela qui n’espère qu’une chose : que son fils "ait une identité". En effet, la maman d’Eric ne peut pas faire une demande de place en crèche ou prendre un congé parental tant que son petit garçon n’aura pas une existence légale.

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.