La pandémie serait-elle (enfin) derrière nous ? Si rien n'est moins sûr, les chiffres sont encourageants. Si la décrue se poursuit, le gouvernement pourrait même lever l'obligation du port du masque dans les transports avant l'été. Les départements où le taux d'incidence est en dessous de la moyenne nationale sont, en tout cas, bien partis pour profiter d'un été “à l'air libre”.
Covid : les 38 départements où le taux d’incidence est le plus bas

Isolement des cas, masque dans les transports… Ces mesures sanitaires ne nous ont pas quittés depuis deux ans. Et avec l’arrivée des beaux jours, de nombreux Français sont las.

Dans la capitale, certains “rebelles” omettraient même volontairement de porter leur masque, rapporte Le Figaro, pour éviter de transpirer davantage, ou parce qu’ils en ont assez de devoir se couvrir le visage. 

Covid : des chiffres encourageants 

Surtout que l'épidémie semble largement s'essouffler. Au 6 mai 2022, on prélève en moyenne 39 788 cas positifs au Covid19 chaque jour, selon le site CovidTracker. Le chiffre est en baisse de 29 % par rapport à la semaine précédente. 

Dans l’ensemble, les données sur l'épidémie enregistrées dernièrement n’ont pas atteint de chiffres aussi bas depuis… décembre 2021, c'est-à-dire, avant la quatrième et cinquième vague. En aurait-on fini avec le virus ? 

Les autorités veulent rester prudentes. Car le coronavirus est imprévisible, et de nouveaux variants plus ou moins contagieux peuvent encore faire surface. 

Le 12 mai 2022 aura lieu ,dans ce sens, un sommet mondial, initié par le président américain Joe Biden, afin réfléchir aux solutions globales pour mettre fin à la pandémie, et se préparer à de futures menaces.

Restrictions : "des adaptations" avant l'été

Pour autant, en France, le gouvernement a annoncé qu’il ne fermait pas la porte à une levée totale des restrictions avant l’été. Il y a quelques jours, le porte-parole de l’exécutif, Gabriel Attal, indiquait que cette "nette amélioration" de la situation sanitaire "donnera lieu à des adaptations dans les prochaines semaines".

Mi-avril, le président-candidat Emmanuel Macron jugeait, lui, “raisonnable” de mettre fin au port du masque dans les transports si les chiffres suivaient. C'est désormais chose faite puisqu'en raison de l'évolution favorable des indicateurs liés à l'épidémie de Covid, le ministre de la Santé a annoncé ce mercredi 11 mai la levée de certaines mesures, dont l'obligation du port du masque dans les transports dès ce lundi 16 mai. 

Fin de l'obligation du masque dans les transports le 16 mai

"À partir du lundi 16 mai, le port du masque ne sera plus obligatoire dans les transports en commun", a en effet précisé Olivier Véran. Le ministre a toutefois tenu à rappeler que le porte du masque restait "recommandé" car "nous ne sommes pas sortis de la cinquième vague". Malgré l'amélioration de la situation en milieu hospitalier, Olivier Véran a tenu à rappeler à l'issue du Conseil des ministres que le pass sanitaire et le port du masque restaient cependant en vigueur dans les hôpitaux et les Ehpad, "au moins jusqu'à l'été".

Ce qui est sûr, c’est que dans ces 38 départements, la situation semble rassurante. Découvrez dans notre diaporama là où le masque pourrait devenir caduc dans les prochaines semaines. 

* selon les données de CovidTracker au 10/05/2022

L'Ain

1/38
L'Ain

On dénombre, au 6 mai 2022, 387 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

L'Allier

2/38
L'Allier

Le taux d’incidence dans le département est de 394 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

L'Aube

3/38
L'Aube

On dénombre, au 6 mai 2022, 396 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

La Charente-Maritime

4/38
La Charente-Maritime

On dénombre, au 6 mai 2022, 299 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

La Corrèze

5/38
La Corrèze

Le taux d’incidence dans le département est de 364 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

La Creuse

6/38
La Creuse

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 366 le 6 mai 2022. 

La Dordogne

7/38
La Dordogne

Le taux d’incidence dans le département est de 326 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

Le Doubs

8/38
Le Doubs

On dénombre, au 6 mai 2022, 390 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

L'Ardèche

9/38
L'Ardèche

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 398 le 6 mai 2022. 

Les Deux-Sèvres

10/38
Les Deux-Sèvres

On dénombre, au 6 mai 2022, 337 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

L'Aveyron

11/38
L'Aveyron

Le taux d’incidence dans le département est de 397 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

La Haute-Vienne

12/38
La Haute-Vienne

Le taux d’incidence dans le département est de 314 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

Le Gers

13/38
Le Gers

On dénombre, au 6 mai 2022, 399 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

Les Hauts-de-Seine

14/38
Les Hauts-de-Seine

Le taux d’incidence dans le département est de 296 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

La Haute-Savoie

15/38
La Haute-Savoie

On dénombre, au 6 mai 2022, 311 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

La Haute-Garonne

16/38
La Haute-Garonne

On dénombre, au 6 mai 2022, 389 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

Le Gard

17/38
Le Gard

Le taux d’incidence dans le département est de 325 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

Le Lot-et-Garonne

18/38
Le Lot-et-Garonne

Le taux d’incidence dans le département est de 304 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

L'Hérault

19/38
L'Hérault

Le taux d’incidence dans le département est de 377 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

Les Pyrenées-Atlantiques

20/38
Les Pyrenées-Atlantiques

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 382 le 6 mai 2022. 

L'Indre-et-Loire

21/38
L'Indre-et-Loire

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 394 le 6 mai 2022. 

La Gironde

22/38
La Gironde

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 290 le 6 mai 2022. 

Paris

23/38
Paris

Le taux d’incidence dans le département est de 297 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

Les Hautes-Pyrénées

24/38
Les Hautes-Pyrénées

On dénombre, au 6 mai 2022, 387 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

L'Essonne

25/38
L'Essonne

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 281 le 6 mai 2022. 

La Drôme

26/38
La Drôme

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 380 le 6 mai 2022. 

Le Rhône

27/38
Le Rhône

Le taux d’incidence dans le département est de 378 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

L'Isère

28/38
L'Isère

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 386 le 6 mai 2022. 

La Savoie

29/38
La Savoie

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 342 le 6 mai 2022. 

Le Tarn

30/38
Le Tarn

Le taux d’incidence dans le département est de 364 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

Le Tarn-et-Garonne

31/38
Le Tarn-et-Garonne

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 339 le 6 mai 2022. 

Le Val-de-Marne

32/38
Le Val-de-Marne

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 265 le 6 mai 2022. 

Le Lot

33/38
Le Lot

Le taux d’incidence dans le département est de 342 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

Le Val-d'Oise

34/38
Le Val-d'Oise

Le taux d’incidence dans le département est de 286 cas pour 100 000 habitants. C’est en dessous de la moyenne nationale (415). 

La Vienne

35/38
La Vienne

On dénombre, au 6 mai 2022, 348 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

La Seine-et-Marne

36/38
La Seine-et-Marne

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 313 le 6 mai 2022. 

L'Yonne

37/38
L'Yonne

On dénombre, au 6 mai 2022, 379 cas pour 100 000 habitants dans le département. Un taux d’incidence plus bas que la moyenne à l’échelle nationale (415 cas pour 100 000 habitants).

Les Yvelines

38/38
Les Yvelines

Dans le département, le taux d’incidence s’élevait à 293 le 6 mai 2022. 

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.