Covid-19 : les prévisions de l’Institut Pasteur pour le printemps
Les derniers chiffres des indicateurs épidémiologiques laissent entrevoir la fin progressive de la cinquième vague. Voici le scénario envisagé par l'Institut Pasteur et par l'exécutif dans les prochaines semaines.

La crise sanitaire arrive-t-elle bientôt à son terme ? Presque deux ans après l’annonce du premier confinement en mars 2020, le Conseil scientifique, l'Institut Pasteur et l'exécutif s’accordent sur une chose : l’épidémie perd peu à peu du terrain.

Une évolution qui permet au gouvernement de lever les restrictions sanitaires progressivement. Si les lieux qui accueillent du public comme les stades ou les théâtres ne sont plus soumis à des jauges et que vous pouvez désormais consommer debout dans les bars comme les restaurants, il vous faut toujours présenter un pass vaccinal pour accéder à ces endroits.

Une obligation qui pourrait être levée d’ici la mi-mars comme l’a indiqué Olivier Véran. Deux conditions devront être réunis pour que ce laissez-passer soit supprimé :

D’une, "il faut que le virus circule le moins possible", estimait le ministre des Solidarités et de la Santé. Ensuite, que la tension hospitalière redescende : cela "sous-entend que l’activité a repris un rythme de routine, et ça, je l’ai estimé entre 1 000 et 2 000 patients Covid en réanimation, il serait inutile et excessif que je vous donne un chiffre à l’unité près", précise Olivier Véran lors d’un déplacement à Nice, comme le rapporte Le Monde.

Vers la fin de la cinquième vague

Jour après jour, les chiffres de l’épidémie sont de plus en plus rassurants. Malgré le variant Omicron, les indicateurs épidémiologiques sont en baisse :

  • 92 345 nouveaux cas ont été recensés jeudi 17 février.
  • Le taux d’incidence est redescendu à 1 202,1. Il était de 3 150 un mois plus tôt.
  • Le taux de reproduction du virus était de 0,6 la semaine dernière. Quelques jours auparavant, il était de 1.
  • Le variant Omicron représente désormais 99,1% des cas de Covid-19 en France.

Cette baisse progressive de l’épidémie était attendue par l’Institut Pasteur.

Dans le diaporama ci-dessous, retrouvez les prévisions du centre de recherche pour l’arrivée du printemps.

Moins d'admissions à l'hôpital à cause du variant Omicron

1/5
Moins d'admissions à l'hôpital à cause du variant Omicron

D'après les prévisions de l'Institut Pasteur, le nombre d'admissions à l'hôpital devrait considérablement baisser. D'ici le 1er mars 2022, moins de 500 personnes par jour devraient être admises à cause du variant Omicron. 

Moins d'admissions en soins critiques à cause du variant Omicron

2/5
Moins d'admissions en soins critiques à cause du variant Omicron

Tout comme le nombre d'admissions journalières à l'hôpital, le nombre de patients quotidiennement transférés en soins critiques à cause du variant Omicron devrait redescendre sous les 80 d'ici le 1er mars. 

Nombre de lits hospitaliers occupés en baisse

3/5
Nombre de lits hospitaliers occupés en baisse

Qui dit moins d'admissions, dit plus de lits disponibles. En effet, le nombre de lits d'hôpitaux devrait repasser sous les 10 000 avant le 1er mars, à en croire l'Institut Pasteur.

Nombre de lits occupés en soins critiques en baisse

4/5
Nombre de lits occupés en soins critiques en baisse

Le nombre de lits occupés en soins critiques devrait lui aussi baisser, pour repasser sous la barre des 2 000 d'ici le début du mois prochain. 

Voir la suite du diaporama

Vers la fin du variant Delta

5/5
Vers la fin du variant Delta

D'ici le mois prochain, l'Institut Pasteur ne prévoit plus aucune admission à l'hôpital ou en soins critiques pour cause d'une infection au variant Delta.