Covid : les départements où BA.4 et BA.5 sont désormais majoritaires
Le covid-19 viendra-t-il perturber votre été une fois de plus ? Depuis quelques jours, la France fait face à un rebond épidémique. L'une des causes principales : la propagation des sous-variants BA.4 et BA.5. Dans quels départements sont-ils déjà majoritaire ? Voici la liste.

La crise sanitaire n’a pas encore dit son dernier mot. Depuis quelques jours, le nombre de cas positifs au Covid-19 a cessé de baisser. Chaque jour on dénombre en moyenne 23 232 nouveaux cas, soit une hausse de 30% par rapport à la semaine précédente.

Les autres indicateurs épidémiologiques semblent aussi mettre en évidence une reprise de l’épidémie :

  • Taux d’incidence : Il est de 242 cas pour 100 000 habitants. Un taux “élevé et en hausse”.
  • Taux de positivité : Il est de 14,85%. Un taux “élevé et en hausse”
  • Taux de reproduction : Il est de 0,99. 24 heures auparavant, il était de 0,9. S’il venait à dépasser 1, cela signifierait que l’épidémie progresse.

La fin du port du masque et des restrictions sanitaires et le retour à une vie sociale “normale” explique en partie cette reprise épidémique.

Mais elle semble aussi provoquée par l’arrivée de deux sous-variants d’Omicron : BA.4 et BA.5. S’ils ne sont pas encore majoritaires en France, ils le sont déjà dans de nombreuses régions de l’Hexagone. Dans le diaporama ci-dessous, retrouvez les 51 départements concernés.

Faut-il craindre l’arrivée de BA.4 et BA.5 ?

Ces deux sous-variants d’Omicron ont été découverts en janvier 2022 en Afrique-du-Sud. En France, ils représentaient seulement 18% des contaminations au 2 juin 2022. “Mais on peut passer de 18% à 85% en quinze jours", a alerté l'épidémiologiste Catherine Hill, le 7 juin sur BFMTV.

D’après les scientifiques, BA.4 et BA.5 seraient 10 % plus contagieux que le sous-variant Omicron BA.2, responsable de la reprise épidémique au mois d’avril. S’ils ont été à l’origine de deux nouvelles vagues de l’épidémie en Afrique du Sud et au Portugal, ils n'apparaissent pas plus dangereux que le sous-variant BA.2.

Dans la péninsule ibérique, “l'impact hospitalier en termes de nombre de patients en réanimation, de nombre de décès ou de nombre d'hospitalisations était relativement faible. Rien à voir avec les vagues précédentes", estime Frédéric Adnet, chef du service des urgences de l'hôpital Avicenne (Seine-Saint-Denis) au micro de BFMTV.

Ain (01)

1/51
Ain (01)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 100% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Aisne (02)

2/51
Aisne (02)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 99,21% des cas criblés. 

Allier (03)

3/51
Allier (03)

Au 8 juin 2022, 86,11% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Hautes-Alpes (05)

4/51
Hautes-Alpes (05)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 100% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Voir la suite du diaporama

Ariège (09)

5/51
Ariège (09)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 66,67% des cas criblés. 

Aube (10)

6/51
Aube (10)

Au 8 juin 2022, 78,57% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Aveyron (12)

7/51
Aveyron (12)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 50% des cas criblés. 

Bouches-du-Rhône (13)

8/51
Bouches-du-Rhône (13)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 66,67% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Charente (16)

9/51
Charente (16)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 100% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Charente-Maritime (17)

10/51
Charente-Maritime (17)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 71,43% des cas criblés. 

Cher (18)

11/51
Cher (18)

Au 8 juin 2022, 100% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Côte-d'Or (21)

12/51
Côte-d'Or (21)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 62,50% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Côtes-d'Armor (22)

13/51
Côtes-d'Armor (22)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 100% des cas criblés. 

Dordogne (24)

14/51
Dordogne (24)

Au 8 juin 2022, 83,33% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Doubs (25)

15/51
Doubs (25)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 66,67% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Eure (27)

16/51
Eure (27)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 66,67% des cas criblés. 

Gers (32)

17/51
Gers (32)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 64,29% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Hérault (34)

18/51
Hérault (34)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 71,43% des cas criblés. 

Ille-et-Vilaine (35)

19/51
Ille-et-Vilaine (35)

Au 8 juin 2022, 71,43% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Indre (36)

20/51
Indre (36)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 100% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Indre-et-Loire (37)

21/51
Indre-et-Loire (37)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 66,67% des cas criblés. 

Isère (38)

22/51
Isère (38)

Au 8 juin 2022, 100% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Jura (39)

23/51
Jura (39)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 57,14% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Landes (40)

24/51
Landes (40)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 93,67% des cas criblés. 

Marne (51)

25/51
Marne (51)

Au 8 juin 2022, 58,33% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Meurthe-et-Moselle (54)

26/51
Meurthe-et-Moselle (54)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 100% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Meuse (55)

27/51
Meuse (55)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 66,67% des cas criblés. 

Morbihan (56)

28/51
Morbihan (56)

Au 8 juin 2022, 50% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Moselle (57)

29/51
Moselle (57)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 50% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Nièvre (58)

30/51
Nièvre (58)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 100% des cas criblés. 

Nord (59)

31/51
Nord (59)

Au 8 juin 2022, 87,61% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Oise (60)

32/51
Oise (60)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 60% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Orne (61)

33/51
Orne (61)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 71,43% des cas criblés. 

Pas-de-Calais (62)

34/51
Pas-de-Calais (62)

Au 8 juin 2022, 77,60% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Puy-de-Dôme (63)

35/51
Puy-de-Dôme (63)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 100% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Pyrénées-Atlantiques (64)

36/51
Pyrénées-Atlantiques (64)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 100% des cas criblés. 

Pyrénées-Orientales (66)

37/51
Pyrénées-Orientales (66)

Au 8 juin 2022, 66,67% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Haut-Rhin (68)

38/51
Haut-Rhin (68)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 70,27% des cas criblés. 

Rhône (69)

39/51
Rhône (69)

Au 8 juin 2022, 57,14% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Haute-Saône (70)

40/51
Haute-Saône (70)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 50% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Seine-Maritime (76)

41/51
Seine-Maritime (76)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 60% des cas criblés. 

Seine-et-Marne (77)

42/51
Seine-et-Marne (77)

Au 8 juin 2022, 50% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Somme (80)

43/51
Somme (80)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 78,79% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Tarn (81)

44/51
Tarn (81)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 50% des cas criblés. 

Tarn-et-Garonne (82)

45/51
Tarn-et-Garonne (82)

Au 8 juin 2022, 100% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Var (83)

46/51
Var (83)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 60% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Vaucluse (84)

47/51
Vaucluse (84)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 50% des cas criblés. 

Vendée (85)

48/51
Vendée (85)

Au 8 juin 2022, 50% des cas criblés sont contaminés par l’un des variants BA.4 et BA.5. 

Haute-Vienne (87)

49/51
Haute-Vienne (87)

D’après les chiffres du 8 juin 2022, 58,33% des cas criblés possèdent la mutation L452R, présente sur les sous-variants BA.4 et BA.5 

Vosges (88)

50/51
Vosges (88)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 58,33% des cas criblés. 

Val-D'oise (95)

51/51
Val-D'oise (95)

Les sous-variants BA.4 et BA.5 sont majoritaires dans le département. Ils représentent 73,33% des cas criblés.