Pour Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur, l'Europe est sur le point d'attendre l'immunité collective. La vie normale sera-t-elle bientôt de nouveau une réalité ?
Coronavirus : l'immunité de groupe en Europe, une réalité proche ?AFP
Sommaire

C’était, à l’origine, le pari de Boris Johnson. Le Premier ministre britannique, rappelle Le Monde Diplomatique, souhaitait s’éviter une mise à pied de l’économie anglaise et n’affectionnait que peu l’idée d’un confinement national tels qu’ils ont pu être décidés en France, en Italie ou dans plusieurs pays d’Asie. Pour lutter contre l’épidémie de coronavirus Covid-19 et sa propagation, il a donc préféré - un temps, au moins - l’immunité de groupe, aussi appelé immunité collective ou immunité grégaire. 

Concrètement, poursuit le mensuel sur son site, il s’agit alors de laisser les individus attraper la maladie en nombre, dans l’espoir de développer une immunité au mal à échelle nationale au moins. "Sitôt atteinte, le Royaume-Uni pourrait prospérer de nouveau dans les échanges internationaux sans craindre de foyers de contagion ultérieurs", écrivaient nos confrères, en avril 2020. Hélas, tout a un coût. Celui de l’immunité collective se comptait en vie humaine : jusqu’à 500 000 morts était-il alors estimé.

Désormais, le terme s’impose de nouveau dans la presse et dans la bouche de certaines institutions.

Immunité grégaire : faut-il craindre les velléités de certaines institutions ?

Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, se félicitait à ce sujet le dimanche 21 mars. Selon lui, indique Europe 1, l’immunité collective approche à grand pas et pourrait même être atteindre d’ici l’été, dans les pays membre de l’Union européenne. Il table d’ailleurs sur la date, non sans symbolique, du 14 juillet 2021. Comment l’expliquer ? A quel coût ?

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.