Covid-19 : un seul intervenant au centre du dispositif

"En tant que médecin ORL, via ce circuit-court, je réalise à la fois, l’examen clinique, le diagnostic différentiel et un prélèvement systématique, que l’OMS nous demande de faire, grâce à du matériel que j’ai pu obtenir par mes relations", indique le Dr Laurent Carius.

Il emmène ensuite lui-même le prélèvement au laboratoire, afin que le patient présumé infecté n’aille pas contaminer d’autres personnes dans les salles d’attente du médecin biologiste, et inversement.

"Ce circuit-court me permet d’être au centre du dispositif. Je traite ainsi le patient de A à Z pour limiter le nombre d’intervenants et le risque d’augmentation de contamination", assure-t-il.

Lorsque les personnes ne peuvent en revanche pas se déplacer, le spécialiste se rend alors directement au domicile des patients. "Je me suis ainsi rendu compte que 80% des patients suivis étaient infectés. En suivant le parcours normal (médecin, Samu, urgences Ndlr), ils auraient donc pu infecter autrui."

Ce mécanisme doit pouvoir se faire au niveau local, dans chaque quartier français. C’est pourquoi il entend convaincre le corps médical à y adhérer. Il a d’ailleurs déjà démarché différents laboratoires, qui le suivent dans cette expérience.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.