Ecouter l'article :

La vague de cas de Coronavirus en Italie pousse le gouvernement Français à anticiper une possible arrivée du virus vers nos frontières. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé la future multiplication des tests de diagnostic.
Coronavirus en Italie : comment la France se prépare ?Istock

Suite aux trois morts survenues dimanche en Italie, le gouvernement souhaite réagir le plus rapidement possible face au coronavirus Covid-19. En ce lundi 24 février, douze cas d’infections ont été détectés en France selon le ministère de la Santé. 10 sont guéris, un patient est toujours hospitalisé, mais son état ne semble pas s’aggraver, et un patient, âgé de 80 ans est mort le 14 février dernier. Malgré ces chiffres presque tous positifs, les récents événements en Italie, montrent que le virus est toujours tenace et qu’un risque d’épidémie en France reste plausible. Olivier Véran, ministre de la Santé, a annoncé que de nombreux laboratoires seraient désormais équipés de plus de tests de diagnostic pour passer de 400 par jour à plusieurs milliers.  

La vigilance au coeur du discours

Dans un entretien accordé au Parisien, le ministre de la Santé a confié sa motivation à devancer le virus en étoffant encore plus le secteur sanitaire. “Nous mettrons à contribution davantage de masques le plus tôt possible”. Pour rappel, il avait aussi déclaré, dimanche dernier, que quelque 70 hôpitaux supplémentaires seraient opérationnels, dès mardi, pour contrer la menace d’une éventuelle propagation du Coronavirus en France, pour que chaque département de France métropolitaine dispose d’au moins un établissement. Jusqu’à présent, seulement 38 prenaient en charge les malades probables.

Pour assurer la santé des soignants, l’Etat devrait prendre en charge le manque à gagner en cas de contamination par un malade. En revanche, rien n’est prévu concernant les contrôles dans les aéroports, pour le moment.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.