TÉMOIGNAGE. Rémi, expatrié en Chine, nous raconte comment il fait face au virus 2019-nCoV. Il s'inquiète des jours à venir.
Coronavirus : "Ça a l'air d'être de pire en pire"IllustrationIstock
Sommaire

Plus de 170 morts et 7 700 personnes infectées. Le virus 2019-nCoV continue de se propager en Chine et dans le monde. Le virus a dépassé les frontières de Wuhan, la ville où il est apparu la première fois et de nombreux cas ont été recensés dans plusieurs villes de Chine. La France a décidé de rapatrier certains de ses ressortissants : un avion de l’armée est parti dans la nuit de mercredi à jeudi pour Wuhan et devait revenir en France vendredi 31 janvier. Rémi [le prénom a été changé, NDLR] vit à Shanghai depuis six ans, et il s’inquiète de la propagation du coronavirus. "Je suis parti au Myanmar pour le Nouvel an chinois aux alentours du 23 janvier. C’est une fête très familiale, tous les employés de la côte retournent dans leur famille et c’est un peu l’inverse de ce qu’il faut faire dans le cas d’une épidémie, où il faut plutôt privilégier le confinement", explique-t-il à Planet.

Coronavirus : "Je ne sais pas la tournure que ça va prendre"

Rémi se trouve toujours au Myanmar avec sa compagne, où il suit "la situation de jour en jour". "On a reçu une note du gouvernement de Shanghai il y a deux jours, disant qu’ils prolongent la fermeture des entreprises jusqu’au dimanche 9 février. Le retour des vacances était normalement prévu le samedi 1er le dimanche 2 février", explique-t-il à Planet. Pour l’instant, il a décidé de ne pas rentrer à Shanghai et de rester au Myanmar : "Je ne sais pas la tournure que ça va prendre, ça a l’air d’être de pire en pire. On a peur d'être bloqué si on rentre à Shanghai car de plus en plus de compagnies annulent leurs vols vers la Chine continentale".

À en croire Rémi, de nombreux expatriés ont eu la même réaction : "Des amis restés sur place sont en train de tous quitter Shanghai, car rester là-bas pour rester chez soi tout seul, alors que tout est fermé, ce n’est pas la solution, donc ils sont tous en train de partir". Il précise à Planet que les hôtels ferment les uns après les autres, que toutes les salles de sports et les complexes sportifs sont fermés. Sans parler de psychose, les Chinois ont pris leur précaution et ils portent presque tous des masques : "Quand j’ai pris l’avion pour le Myanmar le 23 janvier, 99% des personnes dans l’avion portaient un masque, même les hôtesses de l’air. Et c’était le 23 janvier donc je ne veux même pas imaginer ce que ça donne maintenant". Beaucoup de rumeurs circulent autour du virus et de nombreuses vidéos sont échangées sur les réseaux sociaux. Selon Rémi, elles sont "terribles".

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.