En période de confinement, certains Français ne manquent pas d'imagination. Découvrez les pires excuses de ceux qui ont tenté de duper les forces de l'ordre.
Confinement : les pires excuses entendues par les policiersAFP

En période de confinement, les comportements sont très différents d'un citoyen à l'autre. Alors que certains se débrouillent comme ils peuvent pour rester confiné chez eux le plus possible et font passer le fameux message "restez chez vous", d'autres continuent de sortir en utilisant parfois de faux prétextes.

Si certaines raisons justifient en effet une sortie du domicile, par exemple pour aller faire des courses indispensables, pour des motifs familiaux ou de santé impérieux, un grand nombre de Français utilisent des excuses peu crédibles et parfois risibles. Les forces de l'ordre font donc de leur mieux pour tenter de faire respecter les règles de confinement, malgré les actions de quelques énergumènes, qui n'ont pas l'air de saisir les enjeux du confinement. Le quotidien régional L'Est Républicain, a réalisé un panel des meilleurs prétextes utilisés pour se promener dehors.

Beaucoup d'excuses peu crédibles

Alors, entre ceux qui avancent des excuses étonnantes et ceux qui ne sont pas au courant que nous traversons une période de quarantaine, les policiers ont du travail. L'Est Républicain relate, par exemple, que deux femmes accompagnées de leurs trois enfants ont écopé d'une amende il y a quelques jours, dans la Somme, pour être sorties sans motif valable. Le prétexte évoqué ? "Nous voulions cueillir des jonquilles". Il va sans dire que la cueillette de jonquilles ne semble pas faire partie des motifs impérieux définit par l'attestation de sortie dérogatoire. La petite famille a donc logiquement été verbalisée.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.