Emprisonné de long mois durant, puis assigné à résidence surveillée à Tokyo, Carlos Ghosn a fini par s'évader. D'aucuns croient désormais que Nissan aurait tout fait pour faire chuter son ancien Président-Directeur Général. Explications.
Chute de Carlos Ghosn : un "coup monté" de Nissan ?AFP

"Nous avons été informés de ces nombreux documents diffusés à plusieurs reprises dans les médias. Nous soupçonnons qu'ils aient été falsifiés pour suggérer qu'ils ont été envoyés par des personnes de chez Nissan", ont sobrement expliqué les équipes de cet acteur majeur du secteur automobile japonais. Depuis quelques jours déjà, Nissan est de nouveau sous les feux de la rampe : l'entreprise, en conflit ouvert avec son ancien Président-Directeur Général (P-DG), est accusé d'avoir monté un coup contre lui pour le faire chuter.

Pour rappel, ainsi que l'explique La Dépêche, Carlos Ghosn a géré l'alliance Renault-Nissan des années durant, avant d'être accusé par son ancien employeur pour "mauvaise conduite" et "activités frauduleuses". Il a ensuite été mis quatre fois en examen au Japon, avant d'être purement et simplement incarcéré. Le récit de son évasion a d'ailleurs fais le tour du monde et largement intéressé les journalistes politiques français, comme une certaine Léa Salamé.

Des mois durant, souligne Le Figaro, l'ancien patron de Renault-Nissan a dénoncé un "complot" contre lui. Dorénavant, certaines "preuves" lui donneraient raison, explique Capital. Ce qu'il faut retenir.

Carlos Ghosn est-il victime d'un "coup monté" ?

En effet, le site Bloomberg a récemment publié certains documents susceptibles d'aider l'ancien P-DG : il s'agirait d'e-mails envoyés par des individus travaillant pour Nissan et expliquant les manigances de certains au sein de l'entreprise pour évincer l'homme d'affaires. "Carlos Ghosn a toujours dit qu'il a été victime d'un coup monté. Maintenant il y a des éléments qui soutiennent sa thèse. Les documents et témoignages de personnes proches du dossier montrent qu'un puissant groupe interne estimait que la détention et les poursuites contre Carlos Ghosn étaient une opportunité pour réorganiser la relation entre Nissan et Renault, en des termes plus favorables à Nissan", explique le journaliste américain Reed Stevenson.

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.