Sommaire

Evaluation comportementale : comment se déroule-t-elle ?

L’évaluation comportementale d’un chien a pour destinataire le maire ou, à défaut, le préfet, ce qui n’est pas le cas d’une expertise judiciaire. "Le but de l’évaluation comportementale est de déterminer le danger potentiel d’un chien", explique le docteur Christian Diaz. Selon le code rural, le maire peut la demander mais il y a un manque de clarté pour les évaluations comportementales "qui sont faites sans demande du maire" : "On s’interroge sur leur validité", précise le docteur vétérinaire. L’évaluation comportementale est obligatoire pour les chiens de catégories 1 et 2, qui sont soumis à une réévaluation, en fonction de leur niveau de risque.

L’évaluation comportementale d’un chien a lieu dans le cadre d’une consultation vétérinaire, "c’est donc un acte médical", explique Christian Diaz. Précision importante, elle ne peut pas être faite par le vétérinaire qui soigne habituellement le chien. Elle se déroule en trois temps avec, premièrement, "un examen clinique du chien" : "On vérifie que le chien ne présente pas une maladie, une infection qui pourrait expliquer une morsure par exemple. Quand un chien a mordu alors qu’on lui caressait l’arrière train par exemple, on vérifie qu’il n’a pas une arthrose à ce niveau-là. Si, après évaluation, il s’avère que la morsure est liée à la douleur, alors la chose à faire sera de régler la douleur", précise l’expert. La deuxième partie de l’évaluation comportementale est "un entretien avec les propriétaires du chien et les victimes, explique Christian Diaz. On cherche à savoir ce qu’il s’est passé, dans quelles circonstances, et à savoir s’il y a eu morsure". Lors de cet entretien, le vétérinaire demande "comment le chien se comporte, s’il a déjà mordu". Il confronte également les signes commémoratifs aux témoignages des propriétaires et des victimes, qui peuvent parfois se contredire, dans un sens comme dans l'autre.

Enfin, la troisième étape est une mise en situation, lorsqu’elle est possible : "On va voir si le chien se laisse manipuler par le vétérinaire et par d’autres personnes. On va également le tester par rapport aux personnes qui circulent". "Par exemple, quand un chien est suspecté d’avoir mordu un enfant de la famille, on demande à ce qu’il vienne avec le chien et on regarde comment il se comporte avec lui", explique Christian Diaz. "Souvent, des enfants sont mordus par leur chien parce qu’il y a une méconnaissance du comportement canin, il y a parfois des adultes qui n’imaginent pas qu’un chien a des dents". À la suite de cette évaluation comportementale, le vétérinaire peut définir le niveau de risque lié au chien.

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.