Un établissement privé catholique hors contrat de Presly, dans le Cher, a été fermé provisoirement suite à des soupçons de maltraitance et d'agressions sexuelles sur des enfants.  

Des soupçons très graves. Des mauvais traitements et agressions sexuelles auraient eu lieu au sein de L’Angélus, un établissement privé catholique hors contrat de Presly, dans le Cher, rapportent samedi plusieurs médias. L'annonce a été faite vendredi par le procureur de la République de Bourges.

"Il ne s’agit pas d’éléments de dysfonctionnement, mais constitutifs d’infractions pénales : des mauvais traitements sur des enfants (violences, privations de repas, punitions à caractère corporel…) et des soupçons d’infractions de nature sexuelle", a expliqué Joël Garrigue, cité par l'AFP. S'ajoute à cela des soupçons de travail dissimulé, d'infractions d’ordre économique et financier ou d'escroquerie.

Le directeur de l'école en garde à vue

Publicité
Au moins une soixantaine d’élèves ont été entendus par les enquêteurs. Face à ces inquiétantes informations, le directeur de l’établissement, l’abbé Régis Spinoza, a été placé en garde à vue et l'école, qui n'a pas de lien avec l'éducation nationale, a été fermée jusqu'au 8 juillet prochain, date de début des vacances.

L'établissement, qui accueille 109 élèves, ne rouvrira alors qu'à la rentrée prochaine si les conclusions de l'enquête le permettent. Cette fermeture provisoire s'appuie "sur le fondement de la protection de l’enfance, au regard de l’enquête judiciaire en cours", a précisé le procureur de la République.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité