Jeudi 8 janvier, un incident s'est produit lors d'un cours d'arts platiques dans lequel l'enseignant a voulu montrer une caricature de Mahomet à ses élèves. Les échanges auraient été particulièrement "violents". 

C’est une histoire quelque peu embarrassante pour l’Éducation nationale. Un incident s’est produit dans un collège de Zep à Mulhouse le 8 janvier dernier, soit au lendemain de l'attentat sanglant qui a touché la rédaction de Charlie Hebdo. Le professeur d’arts plastiques aurait montré à ses élèves une caricature de Mahomet nu et aurait forcé les enfants récalcitrants à regarder le dessin selon les éléments recueillis par le rectorat. L’institution explique ensuite que s’en serait suivi un échange "houleux" et "violent" avec les élèves.

Lire aussi : Attentat à Charlie Hebdo : ces théories fumeuses qui se diffusent sur le web

Toujours selon le rectorat, le professeur se serait alors montré agressif. "Je suis le chef de mon cours. C’est moi le maître ici" aurait-il crié avant de lancer à l’un de ses élèves de confession musulmane : "tu peux sortir ta kalachnikov". L’institution académique décrit alors une initiative prise "de manière frontale et sans stratégie pédagogique" comme ceci est rapporté parLe Monde.

Le directeur de l’établissement a alors alerté le rectorat après avoir reçu une vingtaine d’élèves venus se plaindre de ce traitement. Le professeur a donc été suspendu pour quatre mois et ce, "dans un souci d’apaisement" assure l’institution. Par ailleurs, une enquête administrative a été ouverte.

Publicité
Citant le rectorat, Le Monde explique qu’il s’agit d’un professeur très engagé, exerçant depuis douze ans dans ce collège et par ailleurs très bien noté par l’inspection académique. Par ailleurs, ce dernier ne conteste pas cet incident reconnaissant que cette séance s’était "mal passée". L’enseignant est donc suspendu quatre mois par le rectorat qui a annoncé vouloir lui laisser du temps pour qu’il donne à son tour sa version des faits. Les autres professeurs du collège François-Villon se sont quant à eux montrés solidaires avec leur collègue.

 

En imagesAttentat à Charlie Hebdo : les obsèques de Charb

L'Hommage du maire de Pontoise à Charb

Après les obsèques de Cabu, Wolinski, Tignous, Elsa Cayat et Franck Brinsolaro, c'est à Charb d'être inhumé. Une cérémonie en son honneur s'est déroulée ce vendredi 16 janvier au parc des expositions de Pontoise, dans le Val-d'Oise où habitent les parents du dessinateur.  La cérémonie a réuni une foule importante et s'est déroulée en musiqu...

Derniers hommages à Charb

Le public venu assister aux obsèques de Charb

La foule devant la salle où se déroulent les obsèques de Charb, le poing levé

Luz se rend aux obsèques de Charb (et jongle avec une clémentine)

Jean-Luc Mélenchon, Jack Ralite et Danielle Simonnet se rendent aux obsèques de Charb

 

Gerard Biard, rédacteur-en-chef de Charlie Hebdo, arrive aux obsèques de Charb

 

Patrick Pelloux, très ému, avec l'orchestre à la fin des funérailles de Charb

Najat Vallaut-Belkacem discute avec Patrick Pelloux et le maire de Pontoise

Autres diaporamas

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité