Décès de Charles Aznavour : accusé de fraude fiscale ?

Les ennuis de Charles Aznavour avec le fisc commencent tôt, rappelle le magazine Contrepoints. Déjà à l’été 1977, il comparaît pour fraude fiscale. L’affaire se termine par un non lieu. En décembre 1977, il est condamné en appel à un an de prison avec sursis et à une amende de 10 millions de francs d’époque. Motif : "infraction à la législation sur les changes et infractions douanières". Cette fois-ci, le chanteur décide de payer.

Par ailleurs, le compositeur arménien n’a jamais apprécié qu’on le décrive comme un exilé fiscal. "J’ai répété mille fois que je n’étais pas parti, on m’a poussé dehors. Tout cela pour une affaire qui s’est soldée par un non-lieu. On aurait dû me blanchir, on ne l’a pas fait, me montrant du doigt au contraire, à tel point que certains ne voulaient plus m’engager", a-t-il expliqué dans une interview accordée à l’édition papier de L’Obs, dont Le Figaro se fait l’écho.

Il poursuit : "Moi, un évadé fiscal ? Qu’ils viennent me le dire en face ! Je ne dis jamais de mal des autres, moi ! Heureusement que j’ai le public de mon côté et une sacrée carapace. Mes détracteurs mourront avant moi."

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.