Le corps sans vie de la fillette a été retrouvé au sein du domicile familial. La mère a été hospitalisée dans un état grave après l'incendie de sa voiture.
Charente-Maritime : mort d’une enfant de 5 ans, "probablement" étouffée par sa mèreIllustrationAFP

Le mystère reste, pour l’heure, entier. Une fillette de 5 ans a été retrouvée morte à son domicile de Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime) mardi 12 mai, rapporte Sud-Ouest. Selon le procureur de la République de Saintes, Nicolas Septe, la petite victime a été "très probablement" étouffée par sa mère. Cette dernière avait été retrouvée le même jour, vers huit heures du matin, sur un parking de covoiturage près de l’autoroute A10. Elle sortait alors de sa voiture incendiée et avait été secourue par les gendarmes et les pompiers.

La quinquagénaire est "inconnue des services de police"

D’après le quotidien régional, la femme d’une cinquantaine d’années est brûlée sur 40% de son corps et son pronostic vital est engagé. Le procureur affirme qu’elle "n’était pas en état de s’exprimer" depuis son hospitalisation. C’est lorsqu’ils se sont rendus à son domicile que les gendarmes ont découvert le corps de la fillette, morte dans son lit. Une autopsie doit être réalisée jeudi 14 mai mais, selon les premières constatations, évoquées par le procureur, "l’hypothèse criminelle d’étouffement de l’enfant par sa mère" est "très probable".

Dans un communiqué, Nicolas Septe précise que la quinquagénaire était jusqu'à présent "inconnue des services de police, de gendarmerie ou de la justice" et qu’elle "vivait le plus souvent seule avec sa fille, le père de l’enfant étant décédé en 2017". Que s’est-il passé ? C’est ce que la brigade de recherche de Saint-Jean-d’Angély va devoir comprendre. Selon le procureur, la mère de la fillette aurait laissé "un écrit (…) disant qu’elle avait mis fin à la vie de sa fille".

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.