Dans certaines situations, voyager avec son chasuble jaune peut-être passible d'une lourde amende. Vous avez peut-être échappé à une lourde sanction…
AFP

Cette lourde amende individuelle à laquelle vous avez probablement échappé : interdiction de porter le gilet jaune à Grand-Bourgtheroulde ?

Ce mardi 15 janvier, Emmanuel Macron ne voulait visiblement pas voir le moindre "Gilet jaune". Le président de la République, qui s’est rendu à Grand-Bourgtheroulde (Eure, Normandie) pour lancer officiellement le grand débat national, était accompagné d’un dispositif de sécurité "maximal", rapporte Le Monde. Plusieurs dizaines de "gilets jaunes" se sont tout de même dirigés en direction de la commune dans l’espoir d’être entendu du chef de l’Etat. Et ils ont risqué une lourde amende…

La matinée précédant l’arrivée d’Emmanuel Macron, les gendarmes ont procédé à plusieurs contrôles d’identité approfondis, n’hésitant pas à photographier les papiers des manifestants qu’ils interrogeaient comme le révèle la journaliste Aline Leclerc. Ceux qui portaient une chasuble fluorescente ont d’ailleurs été sommés de la retirer "sous peine de 135 euros amende", note-t-elle.

Publicité
Publicité

La mesure, révèle France Soir qui a contacté la brigade de gendarmerie concernée, "n’est applicable que ce mardi dans le cadre de la visite du président de la République". Pourtant, aucun des arrêtés préfectoraux ou municipaux pensés en vue de la venue du chef de l’Etat ne font mention du port du gilet jaune, poursuit le quotidien du soir.

Cependant, ce n’est pas la première fois que des individus sont verbalisés pour s’être drapé d’effets prohibés. Depuis 2010, il est interdit de dissimuler son visage dans un espace public, de la même façon qu’il est – en théorie – interdit de se déplacer torse-nu en ville. En 2013, Le Figaro publiait les témoignages d’individus ayant du payer une amende après avoir été verbalisés pour le port de sweat-shirts aux couleurs de la Manif pour tous. Plus récemment, le scandale du burkini illustre la volonté de certaines autorités de contrôler le choix de vêtements des Français.

Publicité

D’après Le Monde les contrôles se sont rapidement raréfiés et une minorité des manifestants arboraient la désormais traditionnelle chasuble fluorescente.

Cette lourde amende individuelle à laquelle vous avez probablement échappé : une mesure légale ?

En dépit des précédents – y compris depuis le début de la crise sociale –, France Soir s’interroge sur la légalité de la démarche. "C’est déjà arrivé lors de manifestations que la police exige le retrait du gilet jaune pour laisser partir un manifestant. La logique est de considérer que porter un gilet jaune peut être vu comme la volonté de constituer une manifestation non déclarée et pouvant porter atteinte à l’ordre public", indique Maître Thierry Vallat.

Il poursuit : "L’arrêté pourrait être attaqué en référé devant un tribunal administratif mais la décision ne serait pas rendue dans la journée de toute façon. En tout cas les amendes qui pourraient être dressées me semblent contestables devant la justice."