Istock
Et si la longueur de la jupe était un indicateur de la santé économique d'un pays ? C'est l'idée sur laquelle repose la théorie de "l'ourlet".

Théorie sur la longueur des jupes : plus c’est court, mieux se porte l’économie

Si les tenues se racourcissents face à la canicule, il y a une autre explication concernant la longueur des jupes. Elle concerne la santé économique des pays....C'est le postulat de base de la théorie de l’ourlet, de son nom original "hemline theory", qui a été élaborée en 1926 par George Taylor, professeur à l’université de Pennsylvanie. Selon cette théorie, plus la jupe est courte, mieux se porte l’économie, et inversement.

L’économiste américain a fondé sa théorie au début du XXe siècle. Si à l’époque, il pouvait y avoir une corrélation entre longueur des jupes et situation économique, depuis les années 2000 cet indicateur semble moins fiable, comme le rapporte Capital. Adieu l'indicateur André Courrèges, créateur de la mini-jupe ?

Alors que l’ourlet de la jupe a frôlé le sol après la crise de 1929 et qu'en 2010, quand la crise économique battait son plein, les jupes sont restées très courtes, deux chercheurs de l’Econometric Institute de l’université de Rotterdam ont tenté de vérifier cette théorie dans une étude.

A lire aussi :  L’euro va-t-il mourir ? Les prédictions inquiétantes d’un ancien chef économiste du FMI

Théorie sur la longueur des jupes : un indicateur économique insolite mais peu fiable

Les chercheurs ont comparé l’évolution de la hauteur de l’ourlet à la conjoncture économique américaine, mois par mois, de 1921 à 2009, précise le magazine Capital. Résultat, selon l’étude publiée en 2010, "l’économie influence la hauteur de l’ourlet durant trois ans environ". Cependant, elle assure qu'il est impossible de faire des prédictions à partir des tendances qui se dégagent dans les défilés de mode.

Le magazine économique fait également part d’autres indicateurs insolites. Par exemple, le "lipstick index" qui montre une augmentation des ventes de rouges à lèvres en temps de crise, ou encore l'indice du slip qui montre que les ventes de sous-vêtments masculins chutent quand la Bourse baisse.