Actuellement en phase d'expérimentation dans quatre lieux de la capitale, les uritrottoirs font vivement réagir. Les internautes sont ulcérés.
IllustrationIstock

Les uritrottoirs : l’expérimenation de trop pour les Parisiens ?

L’uritrottoir, de la contraction d’urinoir et trottoir, est le nouveau concept de toilettes publiques écologique. Inventée par une petite entreprise nantaise, la "vespasienne sèche" comme l’appelle aussi ses créateurs, a pour objectif de "civiliser les pipis sauvages". Au-delà du civisme, il y a aussi un aspect écologique car l’uritrottoir ne nécessite pas d’eau et permet de faire du compost.

L’expérimentation se fonde sur la noble cause qu’est l’écologie, mais l’accueil est loin d’être unanime notamment en raison de leur mise en place. Les trois premiers avaient été installés au printemps dernier près de la place Clichy (XVIIIe), de la gare de Lyon (XIIe) et dans le square Tino-Rossi (Ve). Le dernier en date vient d’être installé sur l’île Saint-Louis (IVe). Là, le petit rectangle rouge surmonté d'une jardinière et d’un panneau "Uritrottoir" attire les regards des riverains comme des touristes.

A lire aussi : Linky : les techniques des autres pays d’Europe pour l’éviter

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Notamment sur Twitter où les badauds, qui ont croisé ces urinoirs sur leur chemin, ont fait part de différentes critiques. Tout d’abord, certains internautes remettent en cause le choix des emplacements qui sont trop à la vue de tous et les possibles dérivent que cela peut entraîner.

D’autres soulignent le sexisme de ce concept et regrettent de banaliser l’idée que les hommes ont le droit d’uriner dans la rue.

Les uritrottoirs : la mairie à l'écoute

Si riverains et touristes ont réagi sur la toile, des personnalités publiques aussi ont remis en cause ce projet de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Par exemple, Isabelle Balkany rassure les habitants de Levallois en leur indiquant que ce type de mobilier urbain ne verra pas le jour sur la commune.

Des attaques auxquelles la mairie de Paris n’est pas sourde. Aux riverains qui se plaignent de l’emplacement de ces pissotières écologiques, Evelyne Zarka, première adjointe au maire du IVe arrondissement, explique qu’ils sont "tout à fait prêts à discuter du lieu", selon Europe 1. La mairie ayant assuré à BFMTV que l’uritrottoir du IVe va être "déplacé de quelques mètres" dans des rues plus discrètes.

La mairie de Paris présente, sur son site interne t, fièrement cette expérimentation qui s'inscrit dans son plan propreté. La problématique des toilettes publiques est au coeur de ce plan propreté. Comme l'indique Le Dauphiné, la Ville a annoncé le remplacement de ses 400 sanisettes par de nouveaux sanitaires plus modernes, gratuits et accessibles aux personnes handicapées. De quoi ravir les femmes pour qui les uritrottoirs ne sont pas une solution appropriée.

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.