Un nombre considérable de radars routiers a été dégradé, voire détruit, lors des récentes manifestations. Pour les remplacer, le gouvernement a opté pour des modèles autrement plus sophistiqués…

Excès de vitesse : les nouveaux radars que le gouvernement compte faire poser

Véritable exutoire de la colère des "gilets jaunes", les radars routiers ont été vandalisés en grand nombre. 75% des unités fixes ont subi d’importantes dégradations, voire ont été détruites, comme le rappelle Le Figaro. Récemment, Emmanuel Macron imputait d’ailleurs la hausse de la mortalité aux détériorations infligées…

Pour remplacer les radars détruits, le gouvernement a donc opté pour un tout nouveau modèle, normalement beaucoup plus performant. "Il sera beaucoup plus difficile de le casser que ses prédécesseurs", affirme le ministère de l’Intérieur, contacté par France Info. Et pour cause : ces nouvelles unités sont toutes perchées sur un mât haut de quatre mètres. De quoi leur offrir une précision inégalée, puisque ces radars – dits tourelles – peuvent faire la différence entre poids lourd et une voiture en plus d’être en mesure de scanner huit voies de circulation en simultané. Le tout en traquant plusieurs véhicule, sur un tronçon de 200 mètres de route…

Publicité
Publicité

Et ce n’est pas tout ! Si, légalement, ils ne peuvent pas encore flasher les automobilistes pour absence de port de la ceinture ou usage du téléphone au volant, ces radars en sont pourtant tout à fait capables. En théorie, ils pourraient même sanctionner les conducteurs qui ne respectent pas les distances de sécurité…

Au total, c’est un peu plus de 400 radars que le gouvernement entend faire installer dès 2019. Leur nombre devrait d’ailleurs tripler d’ici à 2020. Ils pourront aussi changer d’emplacement puisque des cabines leurres devraient, elles aussi, être déployées sur les routes de France. "En moyenne, pour six cabines, une seule sera active", indique Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière. Une fois en place, les caméras de contrôle pourront être transportées d’une cabine à l’autre.

Excès de vitesse : le véritable coût des dégradations

Depuis le début des manifestations, les "gilets jaunes" s’en sont pris aux radars routiers. Naturellement, en procédant ainsi, les manifestants ont frappé l’Etat au portefeuille. En pratique, indique 20 minutes, l’incapacité des radars à sanctionner les automobilistes à causé quelques 660 millions de perte pour la collectivité. En 2018 ce manque à ggané s’élève à 209 millions d’euros et devraient atteindre 455 millions en 2019.

Publicité

Par ailleurs, le coût des réparations de chaque unité est particulièrement élevé, souligne Le Télégramme. Si la dégradation est minime – du tag à la vitre cassée – l’opération coûte 500 euros par pièce environ. En revanche, s’il faut aller jusqu’à remplacer la cabine, les prix oscillent entre 60 000 et 200 000 environ…