Sommaire

Evasion de Carlos Ghosn : un mauvais traitement ?

Pour justifier son départ, Carlos Ghosn a dénoncé dans un bref communiqué rendu public mardi 31 décembre, le traitement qui lui était réservé ainsi qu’une justice "partiale".

"Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine", a-t-il précisé.

"Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée et où les droits de l’homme sont bafoués, cela au mépris absolu des lois et traités internationaux que le Japon a ratifiés et qu’il est tenu de respecter", note Carlos Ghosn, selon ce document transmis par ses porte-parole, rapporte BFMTV.

Et de poursuivre :

"Je n'ai pas fui la justice, je me suis libéré de l'injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine."

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.