La mère, qui a reconnu avoir tué sa fille, n'ira pas en prison. Elle a été jugée irresponsable et sera suivie dans une clinique de jour.
IllustrationIstock

Elle brûle sa fille de deux ans sur un barbecue : l’horreur découverte par les secours

Les secours ont dû être saisis d’un effroi indicible, presque palpable. Le 24 septembre 2017, ils passaient la porte de cette mère de famille belge de 29 ans pour gagner le garage, d’où s’échappait une étrange fumée. C’est là qu’ils ont découvert le cadavre carbonisé d’une enfant de deux ans, grillé sur le barbecue. La mère, elle, s’était gravement intoxiquée au monoxyde de carbone et a du être emmenée de toute urgence à l’hôpital, rapporte la branche wallonne du site d’information national 7sur7.be

Plus tard, une fois en mesure de s’exprimer, elle a dit avoir brûlée vive sa fille sur le barbecue. De son propre aveu, elle souhaitait mettre fin à ses jours, en réponse à la demande de divorce de son mari survenue et quelques mois avant les faits et parce qu’elle avait raté ses examens. Elle a expliqué ne pas vouloir mourir seule et déclaré avoir désiré emmener sa fille avec elle.

Cependant, d’après le médecin légiste en charge de l’affaire, les déclarations de la meurtrière présumée sont peu fiables. L’absence de suie dans les poumons de l’enfant laisse penser que la victime serait morte avant d’avoir été carbonisée.

Elle brûle sa fille de deux ans sur un barbecue : elle n’ira pas en prison

Reconnue coupable d’infanticide, cette mère de famille de Zemst (Flandre) n’ira cependant pas en prison, poursuit le site d’information. Elle était incarcérée jusqu’au 14 juin dernier mais à pu quitter l’établissement pénitencier après le jugement du conseil de Bruxelles.

Une décision qui fait suite à l’analyse rendue par les experts psychiatriques. Ils ont en effet estimés que la mère était irresponsable et la chambre du conseil a opté pour son internement plutôt que pour une peine de prison. Elle ne rejoindra pas, cependant, une institution fermée mais une clinique de jour, précisait son avocat, le 14 juin dernier. C’est là qu’elle sera suivie.

Vidéo : Jonathann Daval : de nouveaux aveux très détaillés