Engagée depuis longtemps en faveur de la cause animale, Brigitte Bardot s'est attaquée à plusieurs reprises à Emmanuel Macron ou son gouvernement. Récemment, elle a envoyé au président une lettre indignée, ainsi qu'une vidéo… Sanglante.
AFP

Brigitte Bardot-Emmanuel Macron : la vidéo choc de l’abattoir de Rodez

En décembre 2018, la fondation Brigitte Bardot a tourné des images choc dans un abattoir de l’Aveyron (Grand Rodez), qu’elle a ensuite transmises à BFMTV. Elles montrent la mise à mort de bovins, sans étourdissement préalable. Une pratique qui provoque la colère de l’actrice, très engagée en faveur de la cause animale. Dans une lettre rendue publique, elle s’adresse directement au chef de l’Etat, dont elle dénonce "l’inaction" face à la souffrance des animaux, indique Midi-Libre.

"Nous avons le devoir de limiter autant que possible et sans délai la souffrance, l’épouvante, l’agonie des animaux égorgés à vif", affirme Brigitte Bardot, dont les propos sont repris par LCI. Elle poursuit : "Sur ces images tournées il y a deux mois à Rodez, nous ne dénonçons pas d’infraction particulière, juste l’horreur et la souffrance quotidienne des bêtes égorgées en pleine conscience."

Si, en Europe, l’étourdissement des animaux est exigé, la France permet une dérogation pour les abattages halal et kasher, une mesure que la star voudrait voir abrogée. "Vous en avez le pouvoir", assure-t-elle.

"Monsieur le président, il n’est plus temps de tergiverser sur la question, de se renvoyer la balle indéfiniment, regardez les images que nous dévoilons aujourd’hui, elles sont scandaleuses, choquantes, indignes et inacceptables d’un pays comme la France qui se prétend civilisé. Je vous demande, monsieur le président, de faire que la France rejoigne les pays qui imposent l’étourdissement des bêtes en toute circonstance", écrit-elle encore.

Brigitte Bardot : de nombreux clash avec l’exécutif

Début février, Brigitte Bardot s’en était déjà pris à un membre du gouvernement : François de Rugy. Elle reprochait au ministre de la Transition écologique et solidaire d’être coupable de "traîtrise", mais aussi sa "lâcheté" et le qualifiait d’"assassin". Ce dernier avait autorisé la prolongation de la période règlementaire de chasse à l’oie cendrée.

Elle s’en est également pris à Nicolas Hulot, qu’elle estimait être un "trouillard", comme l’indique Planet, ainsi qu’à Emmanuel Macron. Brigitte Bardot voyait se dernier comme "un maître sans empathie, extrêmement lointain, avec un côté royal". La première dame n’a pas non plus été épargnée… "Elle nous a rejoint au cours de l’entretien. Elle était toute joyeuse de me montrer qu’elle avait mon livre. L’a-t-elle lu ? Je n’en sais rien. A-t-elle compris ce que j’y défends ? Ce n’est pas elle qui au pouvoir", a-t-elle asséné après son rendez-vous avec le couple présidentiel.

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.