Selon "Le Parisien", un seul et même homme se cacherait derrière l'assassinat d'une personne à Clamart et celui qui a braqué un fast-food avec un sabre dimanche.

Le même homme se cache-t-il derrière le décapiteur de Clamart et le braqueur du Burger King à Bordeaux ? C'est en tout cas ce qu'affirme Le Parisien, qui indique que les enquêteurs des deux affaires auraient fait le rapprochement.

A lire aussi Une dizaine de braqueurs remis en liberté... pour une erreur de syntaxe

Pour rappel, un meutre horrible a été constaté jeudi après-midi dans un appartement de Clamart (Hauts-de-Seine) : une femme y avait découvert son mari, âgé de 57 ans, décapité sur le sol de sa chambre. Une chasse à l'homme avait été lancée pour retrouver le criminel qui, selon les premières constatations, a utilisé un scie, non retrouvée sur place. Les enquêteurs ont également retrouvé sur place un couteau cassé en plusieurs morceaux qui aurait servi à poignarder le quinquagénaire à l'abdomen.

Un braquage au sabre dans un fast-food

Dimanche après-midi, un braquage d'un Burger King a eu lieu à Bordeaux par un homme cagoulé et armé d'un pistolet et d'un sabre. Celui-ci avait exigé qu'on lui remette la caisse. Il a été pris en chasse par la police lors d'une course-poursuite mais sa voiture s'est encastrée dans des toilettes publiques. L'homme avait ouvert le feu sur les forces de l'ordre. La police avait alors riposé, dans le cadre de la légitime défense. L'homme a été touché par trois balles. Il a été grièvement blessé. Il est actuellement hospitalisé au CHU de Bordeaux, mais ses jours ne sont plus en danger.

"Il reste de nombreuses vérifications à effectuer, notamment concernant l'ADN"

Selon Le Parisien, l'homme qui se cacherait derrière ces deux affaires se nomme Stepan Lutsin, et est âgé de 19 ans. L e parquet de Nanterre a confirmé au journal "qu'il est très vraisemblable que l'auteur du vol à main armée du Burger King, blessé lors de son interpellation, soit aussi celui du meurtre de Clamart". "Il reste, précisent toutefois les services du procureur, de nombreuses vérifications à effectuer, notamment concernant l'ADN".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.