Tous les ans, cet étrange phénomène frappe l'Hexagone. Les saints de glace, connus depuis déjà des siècles, ont longtemps effrayés les Françaises et les Français. Ils sont, en effet, susceptibles de faire de gros dégâts...
IllustrationIstock

Les saints de glace : quelle est l'origine de ce phénomène

"Les Saints Servais, Pancrace et Mamert : à eux trois, un petit hiver". Peut-être connaissez-vous ce dicton lié aux saints de glace. Ces trois jours tirent leur nom d’une ancienne croyance populaire européenne. Ils interviennent le 11, 12 et 13 mai de chaque année.

Depuis plusieurs siècles ils illustrent la période durant laquelle il y aurait un important risque de froid et de gelées tardives. Selon la superstition, il n’y a plus de gel après ces trois jours symboliques.

Les saints dont il est question dans cette vieille légende sont Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais. Selon La Chaîne Météo, l’origine de ce phénomène - et de son nom - est issue des trois "jours des Rogations" mis en place par l’archevêque Saint Mamert, dès l'an 470.

A partir du 11 mai, trois journées étaient consacrées à la prière. Ces bénédictions se faisaient en prévention des risques de catastrophe pour les cultures. Les religieux priaient alors autour des sites agricoles.

Le nom "saints de glace" vient de l'association de Saint Mamert au deux autres saints qui étaient fêtés le 12 (Saint Pancrace) et le 13 mai (Saint Servais). Aujourd’hui, ces trois noms ne figurent plus sur le calendrier, qui a été modifié en 1960 par l’église catholique.

Les saints de glace : une période risquée pour les jardins

Si au Moyen-âge le risque de gelées était particulièrement élevé durant les saints de glace, il semblerait que la tendance ait changé.

Selon France Bleu, les météorologues ont remarqué que sur les 50 dernières années, il a gelé en moyenne une fois tous les quatre ans durant ces fameux trois jours. Dans 60% des cas, les températures restent positives.

Les jardiniers doivent tout de même rester prudents. Les plantes qui aiment le soleil et craignent le froid ne doivent pas être sorties. En effet, quelques gelées matinales sont encore présentes et risquent de brûler les bourgeons.

D’ailleurs, les récentes températures le prouvent, puisque lundi 6 mai 2019, un nouveau record a été battu. Celui de la matinée la plus fraîche pour un mois de mai depuis 1979 (soit 40 ans). Il est donc recommandé aux amoureux de la flore d’attendre une météo plus clémente pour mettre en terre de nouvelles plantes.

Vidéo : Météo : des records de froid battus pour un mois de mai

Vidéo : Météo : des records de froid battus pour un mois de mai

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.