Bernadette Chirac n'est pas eu mieux de sa forme. Encore très affectée par son hospitalisation et celle de son mari en septembre dernier, elle peine "à remonter la pente", racontent ses proches.  
AFP

En septembre dernier, Bernadette Chirac était hospitalisée à la Pitié-Salpêtrière à Paris dans la même chambre que son mari. Officiellement, l’ancienne Première dame souffrait d’un coup de fatigue tandis que Jacques Chirac souffrait d’une embolie pulmonaire. En réalité, leur cas étaient beaucoup plus préoccupants : elle avait par mégarde "mélangé plusieurs traitements" médicamenteux, et lui avait frôlé le pire. "Transféré dans un pavillon rénové, à l’écart des autres patients, surveillé jour et nuit par ses officiers de sécurité", il a repris conscience lorsque les "antibiotiques ont fini par fonctionner", avait indiqué un des proches de l’ancien président au Parisien.

"Elle a connu une année vraiment difficile"

A lire aussi Jacques et Bernadette Chirac : 2016, une année riche en épreuves

Trois mois plus tard, et même s’ils sont tous les deux rentrés chez eux, Bernadette Chirac serait encore très affectée par leur séjour à l’hôpital. Elle a du mal à "remonter la pente", écrit VSD cette semaine. Le magazine précise que ses soucis de santé et ceux de son mari ne seraient les seuls responsables de son état. Le décès de sa fille aînée, Laurence, en avril dernier, la ferait encore beaucoup souffrir. "Elle a connu une année vraiment difficile. D’abord parce qu’elle a traversé deux épreuves terribles, le décès de sa fille Laurence en avril puis l’hospitalisation en urgence de son époux en septembre, mais aussi parce que sa santé semble se fragiliser", a confié un des amis du couple à VSD. Aussi, a-t-elle annulé tous ses rendez-vous et préfère pour le moment rester « cloîtrée » chez elle, écri t Closer.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.