La sonde Osiris-Rex va entrer en orbite autour de l’astéroïde Bennu ce lundi 3 décembre. L’objectif est de récolter le plus de données sur ce corps céleste qui risque d’heurter la Terre.

L'astéroïde qui menace la Terre étudié : la sonde Osiris-Rex en orbite

Après plus de deux ans de voyages, la sonde Osiris-Rex doit entrer en orbite autour de l’astéroïde Bennu ce lundi 3 décembre vers 18 heures (heure française), indique le site Futura Sciences. Cette sonde américaine, de près de deux tonnes, doit permettre d’étudier ce géocroiseur (astéroïde qui coupe régulièrement l'orbite de la Terre, ndlr) de 492 mètres de diamètres et de 3,4 milliards de tonnes.

Une mission très importante. Et pour cause, ce corps céleste de 4,5 milliards d’années représente une menace potentielle pour notre planète. Détecté en 1999, photographié pour la première fois en août dernier, Bennu passe à proximité de la Terre tous les six ans. Selon les chercheurs, il y a une chance sur 2 700 que cet astre croise la trajectoire de la Terre entre 2175 et 2196.

"Le risque d’impact est infime mais, pour autant, il n’est pas nul : mieux anticiper la trajectoire de ce type d’astéroïde, c’est l’un des buts de cette mission", explique l’astrophysicien Patrick Michel, responsable du groupe de planétologie du laboratoire Lagrange de l’observatoire de la Côte d’Azur, au Parisien.

Publicité
A lire aussi : Un astéroïde de 3,4 mds de tonnes qui doit heurter la Terre vu pour la 1ère fois

L'astéroïde qui menace la Terre étudié : la collecte d'échantillions de la surface de Bennu

Une fois en orbite autour de Bennu, la sonde, équipée de cinq instruments, débutera alors une phase d’observation. Durant deux ans, Osiris-Rex va cartographier en trois dimensions et analyser la composition géologique et thermique de l’astéroïde. Puis à l’été 2020, elle entrera trois secondes en contact avec ce géant afin de recueillir des échantillons de sa surface.

A l’aide d’un bras de trois mètres de long, cet engin spatial ramassera roches et poussières sur un site qui aura été sélectionné en amont. Les échantillons, de 60 grammes à 2 kg, seront stockés dans une capsule jusqu’à ce qu’Osiris-Rex entame son trajet retour en 2021, précise Les Echos. Attendu en septembre 2023, la sonde parachutera la capsule contenant les prélèvements de Bennu. Les chercheurs de la Nasa débuteront alors les analyses dans leurs locaux situés à Houston.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité