Sommaire

Un incendie qui a touché "des personnes qui faisaient le bien"

Si l’incendie du Bazar de la charité a tant frappé les esprits, c’est parce qu’il a tué des personnes "qui soulageaient les misères, qui étaient des maillons" et "il a impressionné parce qu’il a touché des personnes qui faisaient le bien", résume Nelly du Cray. En 1897, le Bazar de la charité est "un syndicat d’œuvres de charité", rappelle-t-elle, précisant que la vente de charité, "un événement mondain", avait lieu un seul mois dans l’année. "Les œuvres de charité étaient indispensables, elles faisaient tourner les hôpitaux, les écoles pour les défavorisés… Elles ne pouvaient pas se permettre de manquer d’argent", précise Nelly du Cray, rappelant que la deuxième moitié du XIXe siècle a été marquée par de gros bouleversements.

A cause des guerres et de l’essor industriel, elles ont commencé à manquer d’argent et ont donc imaginé mettre en place de petites manifestations afin de faire entrer des financements. C’est un homme d’origine anglaise, Henri Blount, qui a eu l’idée de réunir ces œuvres de charité, jusqu’à 150, afin de faire une seule mais importante vente caritative par an. L’année de l’incendie, le Bazar de la charité fêtait ses 13 ans et était depuis longtemps un rendez-vous incontournable. Parmi ces femmes, certaines avaient dédié leur vie à la charité, notamment des présidentes d’œuvre, des directrices d'orphelinat ou encore la fondatrice de l’hôpital du perpétuel secours, Madame de Vatimesnil.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.