L'acteur de 52 ans se confie sur son expérience personnelle avec sa fille Angia. 
Samuel le Bihan - FADEL SENNA / AFPAFP

Un livre très personnel

L’acteur Samuel Le Bihan, héros de la série de France 2 Alex Hugo, est sorti de son rôle. Mercredi 31 octobre, il sort un livre inspiré de sa propre expérience. Un bonheur que je ne souhaite à personne raconte en effet le désarroi et le combat d’une femme pour son fils atteint d’autisme. Ce roman est une manière pour lui d’espérer faire changer les choses en France. L’histoire raconte comment Laura, son héroïne, doit combattre pour que son fils ne soit pas interné dans une structure psychiatrique et puisse au contraire s’intégrer dans la société. L’autisme est un sujet très personnel pour Samuel Le Bihan. L’acteur de 52 ans avait déjà livré à Michel Drucker, début septembre dans Vivement dimanche, l’histoire de sa fille, Angia, 7 ans. "Je connais ce problème de près. Il se trouve que ma fille est autiste et je n'étais pas capable d'en parler, de témoigner de ma vie personnelle parce que je trouve que je suis plutôt chanceux dans mon parcours puisque j'ai la chance d'avoir un très bon réseau et d'être très vite aidé", avait-il alors confié.

Samuel Le Bihan : "J'avais des doutes en la voyant grandir"

Samedi 27 octobre, invité du journal télévisé de France 2, il est à nouveau venu parler de son histoire au grand public. Cette fois-ci, il a témoigné de la manière dont il a découvert l’autisme de sa fille. "J'avais des doutes en la voyant grandir. Comme tous les parents, on lit des livres sur la croissance des enfants et je voyais que le langage ne venait pas, qu'elle ne montrait pas les objets du doigt...", explique-t-il. Fort de son expérience personnelle, Samuel Le Bihan, estime qu’il est important de scolariser les enfants pour leur donner plus de chance et les conduire vers l’autonomie. Il a ainsi rappelé que les personnes atteintes d’autisme n’ont pas de "déficience intellectuelle". En France, seulement 20% des enfants touchés par l’autisme sont scolarisés.

L’acteur est très engagé sur le sujet et est notamment président de la plateforme Autisme Info Service. La prise en charge de cette maladie est dans l’agenda politique puisque l’Assemblée nationale a voté samedi 27 octobre une loi pour favoriser le dépistage précoce de l’autisme. Le syndrome touche dans l’Hexagone 1% de la population, ce qui représente 100 000 jeunes de moins de 20 ans et 600 000 adultes.

À voir en vidéo - Pasteurdon : "Il faut que l'on comprenne quelles sont les causes de l'autisme

 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Le version femme de Monopoly est-elle féministe ?