L'ancien champion des 12 coups de midi, incarcéré pour "tentative de corruption de mineurs", ainsi que "détention et diffusion d'images pédopornographiques", assure ne pas être attiré par les enfants. Il est finalement sorti du silence via son avocat...

"Il admet être attiré par les adolescentes mais pas par les enfants", une phrase choc, par laquelle, l’ancien candidat de la célèbre émission de TF1, Les 12 coups de midi,  tente de se défendre.

Selon son avocat, maître Christophe Camacho, Christian Quesada "assume ce qu’il a fait". Cependant, il soutient que les accusations portées contre son client sont "totalement disproportionnées. Quesada ce n’est pas Dutroux", déclare-t-il d'ailleurs dans un long entretien au quotidien Le Progrès.

Publicité

Christian Quesada : "Il n’a jamais eu l’intention d’un passage à l’acte"

Le suspect réfute en effet toutes agressions sexuelles ou pédophiles. Son avocat met en avant "des fantasmes sans aucune volonté de passage à l’acte". Christian Quesada n'est pas, en effet, écroué pour des faits d'agression ou de viol, rappelle La Voix du Nord. Cependant, il a fait montre de vélléités de se rapprocher d'enfants, notamment quand il souhaitait monter une association de soutien scolaire.

Publicité

Par ailleurs, selon l'article Article 227-23 du Code pénal, la simple détention de ces images est répréhensible. "Lorsque l'image ou la représentation concerne un mineur de quinze ans, ces faits sont punis même s'ils n'ont pas été commis en vue de la diffusion de cette image ou représentation", stipule en effet le texte de loi.

"Pour la tentative de corruption de mineur, il reconnaît les faits, mais il n’a jamais eu l’intention d’un passage à l’acte sexuel avec une mineure. Une presque majeure d’ailleurs. Mais ça restait de l’ordre du fantasme. Il dit qu’il ne serait jamais allé au bout. Est-ce que le contraire est démontré?", affirme Me Camacho. Pour autant, l'intention reste à l'appréciation des juges de fond

Publicité

"Christian Quesada vit à l’isolement mais il n’est pas médiatiquement isolé"

L'avocat déplore également une déferlante de désinformation. En effet, le témoignage de l’un de ses codétenu serait en réalité faux. Lors de la diffusion du documentaire, Christian Quesada, du rêve au cauchemar, un certain Patrick fait des confidences sur son compagnon de cellule.

"Christian Quesada se fait insulter presque tous les jours. Il est foutu, il est cuit. Il est en dépression. Il prend son traitement, il doit dormir toute la journée. Il veut se mettre la corde au cou", confie-t-il aux caméras, rapporte Midi Libre. "Quesada a été placé en isolement. C'est ce qu'il y a de mieux pour sa sécurité", ajoute le codétenu.

Des propos clairement dénoncés par Me Camacho. "Quesada est à l’isolement et ne voit personne d’autre que le personnel pénitentiaire", précise-t-il dans son entretien au Progrès. "Les informations que [Patrick] nous a données sont bonnes", affirme tout de même Thibault Gitton, coréalisateur du documentaire sur le plateau de NRJ12, le lendemain de sa diffusion, relate Le Figaro.

Publicité

Christian Quesada : un lynchage médiatique

L’avocat dénonce également un lynchage médiatique. "Christian Quesada vit à l’isolement mais il n’est pas médiatiquement isolé. Il a la télé, il lit beaucoup, il sait ce qui se dit sur lui. Il est éprouvé et scandalisé par ce qui se raconte sur lui", raconte-il.

"Mais il a un profond sentiment de culpabilité et il veut rétablir certaines vérités ", déclare son avocat, consterné.