Une combine bien rodée depuis des années et toujours d'actualité. L'arnaque au carburant fait depuis plusieurs semaines de nouvelles victimes.
Illustration Istock

Une seconde d’inattention a suffi à ce couple de Poule-les-Echarmeaux pour se faire avoir. Le week-end de l’ascension, au bord de la route D337, Marie et son compagnon sont interpelés par des ressortissants roumains, qui prétexte une panne d’essence, rapporte Le Progrès.

Se plaignant "qu’il ne pouvait payer nulle parte en liquide", le couple a donc décidé de leur rendre service et payer leur plein d'essence. Les malfrats leurs ont donné en échange une coupure roumaine datant d’avant 2005. Problème, la valeur de ce billet n’est pas équivalente au 90 euros dépensés. Marie et son compagnon ont donc décidé de porter plainte auprès de la gendarmerie s’estimant victime d’une arnaque

L'arnaque au carburant sévit de nouveau 

La gendarmerie de la Vienne a le mois dernier ouvert une enquête sur "une arnaque à la panne bulgare", qui sévirait depuis plusieurs semaines dans les environs, comme l'a relaté Planet en mai dernier. Le principe reste le même : prétexter une panne d’essence pour soutirer de l’argent aux victimes.

"Nous avons plusieurs conducteurs qui nous ont signalé la présence d'un automobiliste, avec le capot ouvert, qui fait des gestes et qui essaye de susciter la pitié en demandant généralement de l'argent en échange d'une monnaie étrangère qui ne vaut pas grand-chose alors qu'en fait sa voiture se porte bien et c'est tout simplement une escroquerie", déclare le Colonel Nicolas Belain.

"En général, l'automobiliste affirme être en panne et ne pas avoir de moyen de paiement, il vous demande de vous emmener à la station la plus proche, et en échange d'un plein de carburant, il vous propose la monnaie étrangère ou des bijoux en toc", précise Jérémie, membre de la page Info Radar 86. "A la base, quand cela a été décelé, il s'agissait de personnes originaires de Bulgarie qui échangeaient des billets bulgares en prétextant que cela avait autant de valeur que l'euro", ajoute ce conducteur à France Bleu Vienne.

Le colonel de la gendarmerie de la Vienne précise qu’il ne s’agit pas seulement de ressortissants bulgares, mais aussi "des Britanniques et des Français". Il souligne que c’est "une méthode qui a fait ses preuves comme les ventes de faux calendriers ou les arnaques au rétroviseur cassé".

Vidéo en lien avec le sujet : Arnaque à la carte bancaire : quand même la police se fait avoir