Matthieu Langlois, médecin-chef du RAID présent au Bataclan, raconte dans un livre le "cauchemar total"

Horreur, drame, tragédie, haine, tristesse, guerre… beaucoup de mots peuvent symboliser la soirée du vendredi 13 novembre. Mais n’oublions pas aussi le mot "courage". C’est ce dont a fait preuve Matthieu Langlois, le médecin chef du RAID.

La "technique de triage"

Après 20 ans d’expérience passées sur le terrain, le médecin a vécu "l’horreur absolue" au Bataclan. Interrogé sur France-Inter en octobre dernier pour la sortie de son livre Raid, vivre en état d’urgence, Matthieu Langlois explique à la journaliste Léa Salamé qu’il y avait "énormément d’émotion", mais qu’il "faut la transformer très vite, pour faire notre métier du mieux possible".

L’expert retient surtout la "technique de triage", très douloureuse mais nécessaire pour gérer une situation de chaos général. Il se remémore notamment une jeune femme, qui a pris une balle dans la tempe. Elle n’a pas été soignée en priorité car ses chances de survie étaient (quasiment) inexistantes, contrairement à d’autres. La femme est décédée. "C'est très dur, mais ça fait partie de notre métier".

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.