Selon Michel Sapin, les auteurs des attentats du vendredi 13 novembre ont utilisé peu d'argent pour s'équiper. En outre, on apprend que l'équipe de Saint-Denis a été localisée grâce à des mouvements de fonds.

Selon Michel Sapin, ministre des Finances, les auteurs des attentats du vendredi 13 novembre à Paris n’ont pas eu besoin de plus de 30 000 euros pour organiser ces attaques qui ont fait 130 morts, relate le Huffington Post.

A lire aussi Les attentats de Paris vont coûter plusieurs milliards à la France

Lors de sa conférence de presse, jeudi, consacrée notamment à la lutte contre le financement du terrorisme, Michel Sapin a également précisé que l’opération avait été financée par "un cumul de toutes petites sommes" sans besoin "d’énormément de mouvements" d’argent.

Les terroristes de Saint-Denis localisés grâce aux mouvements d’argent

Toutefois, Michel Sapin a tenu a salué le rôle joué par les agents de Tracfin, l’organe rattaché à Bercy chargé de traquer les transferts d’argent illégaux, dans l’enquête sur les attentats de Paris.

Car "dans les heures qui ont suivi les attentats, l'analyse des mouvements de fonds a permis d'identifier des éléments familiaux, en Belgique, qui ont permis ensuite aux services de localiser ceux qui ont été délogés", a raconté Michel Sapin, en parlant de "l'équipe terroriste de Saint-Denis", qui projetait un attentat à La Défense, selon les enquêteurs.

"Ce n'est évidemment pas le seul élément" qui a contribué à les repérer, a poursuivi le ministre, ajoutant que "la caractéristique du renseignement financier, c'est qu'il ne suffit pas à lui seul. C'est un élément qu'il faut absolument échanger et croiser avec d'autres".

Vidéo sur le même thème : Attaques de Paris : une vidéo de fusillade vendue pour 50 000 euros

Vidéo : Attaques de Paris : le patron d'un restaurant a vendu une vidéo de fusillade pour 50 000 euros

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.