Le kamikaze qui s'est fait exploser dans l'appartement à Saint-Denis le 18 novembre a été identifié comme étant Chakib Akrouh, un Belgo-Marocain de 25 ans.
AFP

Les enquêteurs ont pu enfin mettre un nom sur le visage du kamikaze de Saint-Denis. Chakib Akrouh, un Belgo-Marocain âgé de 25 ans, avait déclenché sa veste explosive lors de l’assaut du RAID à l’appartement de Jawad Bendaoud, le 18 novembre dernier. Il avait également pris part au commando des terrasses le 13 novembre.

Originaire de Bruxelles, le jeune homme, qui était déjà passé par la Syrie, était la troisième personne logée dans "l’appartement conspiratif" où ont péri Hasna Aït Boulahcen et Abdelhamid Abaaoud, coordinateur des attentats du 13 novembre.

Lors de l’enquête, l’ADN de Chakib Akrouh avait été retrouvé sur une kalachnikov présente dans la voiture utilisée le soir des attaques, mais l’identification n’avait pu aboutir faute d’élément de comparaison.

Aujourd’hui, un lien a pu être fait : "cette identification résulte de la comparaison génétique entre le profil génétique extrait sur le kamikaze et celui de la mère de Chakib Akrouh", précise le parquet dans un communiqué. Akrouh est l'unique occupant à s'être fait exploser lors de l'assaut. Les forces de l'ordre avaient retrouvé sa tête sur le trottoir.

A lire aussi-Attentats de Paris : 3 planques utilisées par les terroristes, découvertes en Belgique

 Il était fiché comme "personne radicalisée"

Chakib Akrouh était déjà connu des services belges. Selon une source du quotidien Le Soir, il était fiché par l'Ocam (Organe de coordination pour l'analyse de la menace) "comme personne radicalisée" mais ne faisait pas partie des combattants djihadistes rentrés de Syrie. D'après cette source, le jeune homme semblait "effacé" et "introverti".

Sur les neuf assaillants du 13 novembre, sept ont déjà été identifiés. Reste deux autres personnes, soupçonnées d'être à la tête des trois commandos parisiens. Si leur identité réelle est encore inconnue, elles sont pour le moment identifiées sous les noms de Samir Bouzid et Soufiane Kayal.

Vidéo sur le même thème : Salah Abdeslam a-t-il contacté un avocat belge après les attentats de Paris ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Nordahl Lelandais : une nouvelle plainte déposée pour la mort d'un jeune homme de 18 ans