Nouvelle arnaque à l'électricité. Si votre interlocuteur vous fait miroiter le remboursement d'une taxe sur votre facture d'électricité, raccrochez !
illustrationIstock

Arnaque à l'électricité : un (faux) remboursement de la CSPE 

Attention aux arnaques au bout du fil. Le magazine Que Choisir a publié un article révélant une nouvelle arnaque. D’après celui-ci, des "escrocs" cherchent à piéger de nombreux Français en leur proposant un remboursement de la CSPE (contribution au service public de l’électricité). Cette taxe est prélevée sur toutes les factures d’électricité quelque soit le fournisseur.

Dans cet article, Que choisir, se fait l'echo d'une plainte d'un consommateur : "On m’a téléphoné pour me proposer de faire enlever la taxe CSPE de ma facture d’électricité et me la faire rembourser. La personne veut un rendez-vous à mon domicile. Qu’en pensez-vous ?". Le magazine répond qu’il s’agissait tout "simplement d’une arnaque".

Publicité
Publicité

A lire aussi : Nouvelle arnaque à la carte bleue : méfiez-vous des faux banquiers !

Arnaque à l'électricité : une stratégie bien choisie 

Pour vous convaincre, les arnaqueurs s’appuient sur une décision du Conseil d’État du 3 décembre 2018 portant les demandes éventu;elles de remboursement de cette. Sauf qu'en l'occurence, les escrocs déforment la décision rendue : une infime partie de la CSPE peut être être remboursée, et sur une période allant de 2009 à 2015.

Le choix de cette taxe n’est pas anodin puisque depuis sa création en 2003, elle connait une augmentation significative. En effet, la CSPE a augmenté de 19,5 euros entre 2003 et 2016 soit une variation de 650 % ! A ses débuts, son montant était de 3 € par MWh pour finalement arriver à 22,5 € par MWh en 2016. De plus, Il faut rajouter à cela une TVA de 20 %, soit en réalité une facturation de 27 euros tous les 1 000 kWh consommés.

Pour rappel, un ménage de quatre personnes, chauffé à l'électricité et habitant dans une maison de 100m² consomme en moyenne 15 600 kWh par an. Cela correspond à environ 346 euros. Un chiffre qui n'est pas à négliger puisque celui revient à une taxe de 29 euros par mois.