Le directeur de l’Assistance Publique-Hopitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch "assume" le fait de "gagner de l’argent" avec les patients aisés venus de l’étranger. Alors que le Canard Enchainé a révélé qu’un émir saoudien avait profité d’un étage entier à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne, celui qui se présente comme un "Robin des bois" des temps modernes a réaffirmé son point de vue dans une interview accordée au JDD.

©AFP

Selon Martin Hirsch, la prise en charge des riches patients étrangers par les hôpitaux publics de Paris rapporterait environ 8 millions d’euros cette année à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’instance qui gère les établissements publics dans la capitale et son pourtour. A partir de ce constat, le patron de l’AP-HP a déclaré dans les colonnes du JDD assumer le fait "de faire gagner de l’argent" en soignant les étrangers qui en ont les moyens.

• Lire aussi : Le classement 2012 de meilleurs hôpitaux de France

Une vraie plus value ?

Mercredi dernier, le Canard Enchaîné a révélé qu’un étage entier de l’hôpital Ambroise Paré (Boulogne) a été privatisé pour soigner un émir saoudien. L'information a provoqué une vive polémique pour l’AP-HP puisque l'émir à l'origine de l'affaire a demandé de nombreux aménagements à l'établisssment. Des douchettes et du mobilier ont été installés à la demande express du patient qui, au total, a utilisé pas moins de 7 chambres pour lui et son staff. Martin Hirsch a assuré que cet accueil "n’a pas été fait au détriment des malades français". L'administration des hôpitaux parisiens a par ailleurs expliqué que cette privatisation était motivée par des raisons financières.

"J'assume ce côté 'Robin des bois': à un moment où nous avons besoin de tous les moyens pour soigner les plus modestes (...) gagner de l'argent sur ces patients qui en ont les moyens, cela ne me choque pas", a-t-il également déclaré au JDD.

Publicité
Depuis le début de l’année, un millier de riches patients étrangers ont été admis dans les hôpitaux de Paris. Si ces derniers connaissent d’importantes difficultés financières, la prise en charge de ces étrangers permettrait une bouffée d’air dans les comptes d’exploitations. Un phémonène qui soulève une question : ces patients étrangers paient-ils vraiment l’addition ? Selon le JDD, 90 millions d’euros de soins n’ont pas été payés par ces mêmes patients en 2012, alourdissant un peu plus l’ardoise de l’AP-HP. Cette dernière est évaluée à 2,3 milliards d'euros, selon la Cour des comptes.

A voir sur ce thème : Marisol Touraine a lancé un plan de gestion des lits dans les hôpitaux.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité