L'ancien patron du FMI a été aperçu en début de semaine à un festival à Marrakech (Maroc) au bras de sa compagne, Myriam L'Aouffir. En novembre dernier, il a été condamné à 75 000 € d'arriérés d'impôts.
AFP

Plus de cinq ans après l’affaire du Sofitel, que devient Dominique Strauss-Kahn ? Comme le relate Paris-Match, l’ancien patron du FMI a été pris en photo sur le tapis rouge du Festival international du Film de Marrakech (Maroc), lundi dernier. Il était en compagnie de sa compagne, Myriam L’Aouffir.

A lire aussiQue devient Tristane Banon, cinq ans après l’affaire DSK ?

La dernière actualité connue de DSK remontait à novembre dernier. Le tribunal administratif du Luxembourg avait alors confirmé en appel la condamnation de l’économiste, qui doit payer quelque 75 000 euros d'arriérés d'impôts sur les salaires de la société LSK dont il était associé. L'ancien ministre de l'Economie français était ciblé par le fisc luxembourgeois après la faillite de cette société d'investissement dont il a été administrateur et brièvement président entre 2013 et 2014.

Une affaire d'enfant caché sur le dos

En décembre 2015, le magazine Closer croyait savoir que Dominique Strauss-Kahn était le père d’un enfant caché âgé de 5 ans qu’il aurait eu avec une "jolie brune de 45 ans" lorsqu’il était encore marié à Anne Sinclair. Il est d’ailleurs poursuivi en justice par la mère de l’enfant qui réclame une pension alimentaire de 8 000 euros mensuels.

Séparé d’Anne Sinclair avec laquelle il est resté marié 20 ans, l’économiste partage aujourd’hui sa vie avec Myriam L’Aouffir, une Franco-Marocaine née en 1968, à la tête de la société de communication Daenery’s. En 2012, le magazine VSD avait révélé leur relation au grand jour. Depuis, le couple est régulièrement photographié par les paparazzis et partage sa vie entre Paris et Marrakech (Maroc) où il dispose d’un riad.

Conseiller international en économie

Côté travail, l’ancien directeur général du FMI s’est reconverti dans les affaires en devenant consultant international. En 2013, il a intégré le conseil de surveillance de la Banque russe de développement des régions (BRDR) avant de rejoindre, quelques mois plus tard, le gouvernement serbe en tant que conseiller économique. De plus, il anime toujours de nombreuses conférences à travers le monde. Désormais, il ne s'exprime que rarement pour donner son avis en politique. Il l'a pourtant récemment fait en proposant plusieurs pistes à suivre pour obtenir un accord à l'issue de la COP21.

Vidéo sur le même thème : Grand angle: procès du Carlton de Lille, le double visage de DSK

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Sibeth Ndiaye : "Tout le monde ne mange pas du homard tous les jours, on mange plutôt des kebabs"