Plusieurs membres d’une même famille sont actuellement jugés au tribunal correctionnel de Draguignan. La petite tribu profitait des allocations familiales tout en s’offrant belles vacances à Saint-Tropez grâce à du trafic de drogue.

Comme quoi, il faut vraiment faire attention à ce que l’on poste sur les réseaux sociaux… C’est la leçon que vient d’apprendre une famille originaire de Lyon. Huit personnes comparaissent cette semaine devant le tribunal de Draguignan pour une affaire de trafics stupéfiants…

Ce qui a alerté les autorités ? Des photos exhibant richesse et grand train à Saint Tropez sur les réseaux sociaux et ce, alors que la famille vivait d’allocations familiales à Lyon, rapporte Var Matin. Les gendarmes ont donc mis le père Claude G., le fils, Angelo G., et la fille sur écoute. Ils ont découvert tout un réseau.

Vacances et travail au même endroit

Le père, déjà condamné à trois reprises pour du trafic de stupéfiants, avait ouvert son réseau à son fils, qui faisait le commercial "pour vendre une drogue à la mode, dans des lieux où les gens font la fête et ont de l'argent pour le faire". Quant à la fille et son compagnon, ils étaient "chargés à l'occasion du recouvrement des créances de certains clients" alors que "la mère gérait le quotidien de la famille".

Grâce à cette organisation, ils pouvaient payer "toujours en liquide ou par mandats cash, les sorties au restaurant et les soirées tropéziennes en boîte de nuit, avec belles voitures et champagne coulant à flots", rapporte le quotidien régional.

Publicité
Contre Angelo, le procureur général a requis cinq ans de prison, dont un an de sursis et l’interdiction de fréquenter des débits de boisson ou établissement de nuit pendant trois ans. Contre le père et deux fournisseurs, il a demandé cinq ans ferme.

Vidéo : La méthode très radicale de Donald Trump contre le trafic de drogue

mots-clés : Trafic, Drogue, Saint-tropez

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité