Cela fait plusieurs mois qu'un litige perdure entre deux voisins. Pour se venger, l'un d'entre eux élabore un stratagème des plus sournois...
IllustrationIstock

Litige entre voisins : Il est soupçonné d’usurpation de plaque d’immatriculation

Tel est pris qui croyait prendre. A Gabarret, dans les Landes, une petite querelle de voisinage a pris une tournure impensable. Jeudi, l’un des deux protagonistes a été jugé par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan. Il est accusé d’avoir usurpé la plaque d’immatriculation de son opposant. Le garagiste, âgé de 44 ans, a lui-même reconnu les faits à France Bleu Gascogne  et assume "avoir fait une connerie".

En novembre dernier, l’usurpateur a fabriqué une copie de la plaque d’immatriculation de Joël Ayraud, son voisin. Il a ensuite conduit à toute allure sur la route, passant volontairement devant un radar. Allant jusqu’au bout de son idée, le vengeur a même pris le soin de se munir du même modèle de voiture que son ennemi retraité (une Citroën C15).

Publicité
Publicité

Joël a alors reçu une amende à son domicile qui indiquait un excès de vitesse à 82 km/h au lieu de 50. Par ailleurs, le véhicule s’est fait flasher sur la route de Castelnau, à Gabarret. "Mais je n'y étais pas passé puisque j'étais ce soir-là à la palombière et j'ai des témoins", a expliqué le retraité à France Bleu.

Après consultation de la photo faite par le radar, Joël a remarqué qu’il s’agissait bien du même modèle et de la même plaque d’immatriculation que son auto. Toutefois, l’homme a reconnu la personne installée sur le siège passager du véhicule. Il le signale alors aux gendarmes, qui finiront par remonter au conducteur, le fameux voisin.

Litige entre voisins : l’origine de la dispute

Le litige entre Joël et son usurpateur dure depuis plusieurs mois maintenant. Une fuite d’huile de vidange serait  à l’origine du conflit. En effet, cet écoulement viendrait du garage du quadragénaire et se déverserait chez son voisin retraité.

Publicité

Après que Joël ait dénoncé les faits aux autorités administratives, "tout s’est enchaîné", indique-t-il. Les événements ont effectivement pris une tournure plutôt dangereuse dès lors, puisque l’usurpateur de plaque d’immatriculation est devenu aggressif avec son voisin. Le mis en cause a même été condamné par la justice en 2018 pour des faits de violence, lorsqu’il a assené un coup de poing à Joël.

Depuis le récent coup de théâtre, le retraité et son épouse vivent dans la crainte. "C'est assez difficile, parce qu'on s'attend à des représailles supplémentaires. Qu'est-ce qu'il est capable de faire ?", s’interroge Joël.

Cette fois, le garagiste a été condamné à deux mois de prison avec sursis, 400 euros d’amende et trois mois de suspensions de son permis de conduire, relate le site d’actualité belge 7sur7.

Publicité

Vidéo : Paris : un chauffeur de bus sauve une fillette victime d'une tentative d'enlèvement