Marcel Barbeault est un tueur en série qui sévissait dans l'Oise dans les années 1970. Dans une interview exclusive accordée au Parisien, un enquêteur revient sur le mode opératoire de celui que l'on surnomme "le tueur de l'ombre".
Affaire Marcel Barbeault : le terrible mode opératoire du "tueur de l'ombre"AFP

Marcel Henri Barbeault était décrit comme un mari et un père exemplaire par ses proches.  D'après un article du Monde, publié en 2006, ses voisins le décrivent également comme un homme serviable, tranquille, et même "bon bricoleur". Et pourtant : dans les années 1970, cet homme alors âgé d'une trentaine d'années est un tueur en série extrêmement redouté dans l'Oise... Le premier crime survient le 10 janvier 1969 à Nogent-sur-Oise. Marcel Barbeault tire à six reprises sur la femme de l'un de ses collègues de travail, Françoise Lecron. Bien que la victime ait miraculeusement survécu à cette tentative de meurtre, elle n'a pas pu reconnaître l'homme qui lui tirait dessus avec une carabine. 

Cet acte n'est que le premier d'une longue série de crimes qui ont marqué les années 1970. Quatre jours plus tard, l'homme tente de nouveau de tuer une femme, Michèle Louvet. Âgée de 17 ans, elle reçoit un tir de carabine dans le ventre et survit, miraculeusement encore,  ses blessures. Malheureusement, la victime n'est pas capable, elle non plus, de reconnaître son agresseur. Ce n'est que quelques jours après, le 23 janvier 1969, que Marcel Barbeault tue sa première victime. Le corps sans vie de Thérèse Adam est retrouvé près de la voie ferrée de Nogent-sur-Oise, violée et abattue avec une carabine 22 Long Rifle. 

Marcel Barbeault : d'où lui vient son surnom de "tueur de l'ombre" ?

En tout, Marcel Barbeault a été condamné pour le meurtre de sept femmes et un homme, ainsi que pour trois tentatives de meurtre. Pour cela, il a été condamné à deux reprises à la prison à perpétuité. À ce jour, il purge toujours sa peine à la prison centrale de St-Maur, dans l'Indre. 

Toutes les victimes étaient exécutées selon un mode opératoire similaire. Entre autres, Marcel Barbeault sévissait toujours le soir ou tôt le matin, ce qui lui a valu le surnom de "tueur de l'ombre". Toutefois, d'autres similitudes ont été observées par les enquêteurs...

Ce gonfleur que tout le monde s’arrache est en solde ! Utilisez le code SOLDES30 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.