AFP
La reconstitution du meurtre de Maëlys dans la nuit de lundi à mardi, a permis de mettre en lumière de nouveaux éléments. Outre la révélation d'un nouveau lieu clef, Nordahl Lelandais a fait de nouveaux aveux.
Sommaire

Affaire Maëlys : la reconstitution dévoile de nouveaux éléments

Un nouveau lieu et des nouvelles déclarations qui suscitent question. Pas moins de 200 gendarmes étaient déployés dans la nuit de lundi à mardi dans les environs de Pont-de-Beauvoisin en Isère pour encadrer la reconstitution de la nuit du 26 au 27 août 2017. Objectif : comprendre au mieux comment Maëlys de Araujo a disparu et comment elle a été tuée, mais surtout, confronter le principal suspect Nordahl Lelandais, aux preuves matérielles. Les investigations ont pris un tournant inattendu...

Après les aveux du trentenaire à l’hiver dernier, les enquêteurs avaient identifié trois lieux importants : la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin où Maëlys de Araujo est montée dans la voiture du suspect, la massif de la Chartreuse où son corps a été retrouvé, mais aussi un cabanon en contrebas du domicile de Nordahl Lelandais où soi-disant la dépouille avait été entreposée un temps. Hors, plutôt que ce dernier lieu, le cortège s’est arrêté dans une mystérieuse zone commerciale à la sortie de Pont-de-Beauvoisin. Elle n’avait encore jamais été évoquée publiquement alors que selon le Dauphiné Libéré qui cite une source bien informée : il s’agit d’un lieu clef, dont l'emplacement a été donné par Nordahl Lelandais. 

Le trentenaire a par ailleurs fait des déclarations inédites qui donnent un tout nouveau tour à l'affaire. 

Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais donne une nouvelle version

Lors de la reconstitution, les lieux ont été soigneusement protégés des regards et des caméras indiscrètes. Plus précisément, dans cette zone, dite zone commerciale de la Baronnie, c’est une voie déserte, cachée derrière des hangars et proches du Guiers que ce sont arrêtés magistrats, enquêteurs et Nordahl Lelandais. Selon RTL, ils y sont restés pendant près d’une heure.

D'après BFMTV, c'est à cet endroit que le suspect aurait frappé Maëlys de Araujo, selon ses propres déclarations. Et surprise, face aux magistrats et aux gendarmes, à l'abri des draps tendus pour cacher la scène, Nordahl Lelandais a mimé plusieurs coups, 4 ou 5, rapporte la chaîne d'infos en continu. Des détails qui contredisent directement la version initiale donnée par le trentenaire. Lors de ses premiers aveux, il avait assuré avoir asséné une simple gilfe à la fillette, plaidant l'accident et surtout le geste involontaire. La démonstration faite au cours de la reconstitution écarte désormais clairement cet argument. 

Affaire Maëlys : de nouveaux éléments à prendre avec des pincettes

Selon RTL, c'est lors de sa dernière audition avec les juges en charge de l'affaire qu'il a fait mention de ce nouveau lieu, comme d'autres. Au moment de la reconstitution, Nordahl Lelandais  a ainsi expliqué qu'après avoir asséné "les coups" à la fillette, il aurait repris la route avant de finalement constater le décès de l'enfant peu après. 

Comme le révèle BFMTV, ce n'est pas non plus dans un cabanon près de chez ses parents qu'il aurait déposé la dépouille, mais sur un chemin des environs. Il a précisé être rentré chez lui pour enlever son short et se changer. La reste ne diffère guère des éléments donnés dans ses premiers aveux.

Pourtant, les fins connaisseurs de l'enquête ne peuvent que continuer à se questionner sur la véracité de ces nouveaux éléments. Dans le passé, Nordahl Lelandais a fait preuve d'une grande adaptabilité aux preuves matérielles. Un peu trop encore une fois ?