Premier juge de l'affaire Grégory, Jean-Michel Lambert s'est donné la mort le 11 juillet 2017. Il explique son geste dans une lettre posthume, évoquant ce dossier qui a marqué à jamais sa vie professionnelle, comme personnelle.
Affaire Grégory : la mise au point du juge Lambert avant son suicideAFP
Sommaire

On l’a surnommé "le Petit juge". Jean-Michel Lambert est au cœur de la nouvelle série de TF1, Une affaire française, qui porte sur le petit écran l’affaire Grégory Villemin. La mort du garçonnet le 16 octobre 1984 a marqué les Français car, 37 ans plus tard, elle continue de fasciner.

Qui s’est vengé du "chef" en assassinant son fils ? Qui pouvait en vouloir autant à Jean-Marie Villemin pour espérer qu’il meurt "de chagrin" ? Qui a lentement, mais sûrement, tissé sa toile de haine et de calomnies au sein du clan Villemin, par téléphone et lettres anonymes ?

Jean-Michel Lambert : un jeune juge à la tête d’une affaire hors norme

Après trois décennies d’enquête, d’auditions, mais aussi de fausses pistes, la justice penche désormais pour la mise à exécution d’un crime "collectif", entre différents proches de la famille Villemin. Il n’y aurait pas eu un mais plusieurs corbeaux, qui auraient mis à exécution leurs menaces des trois dernières années. Les deux nouveaux épisodes de la série de TF1, diffusés lundi 27 septembre, se sont intéressés à la suite de l’enquête et surtout à la piste Christine Villemin, qui a été accusée à tort d’infanticide avant d’être innocentée par la justice.

Parmi les personnages qui ont profondément marqué les téléspectateurs se trouve le juge Jean-Michel Lambert, interprété par Laurent Stocker. En 1984, ce jeune magistrat de 32 ans hérite de l’affaire Grégory Villemin et mène une instruction qui sera sous le feu des projecteurs autant que sous celui des critiques. Les inculpations et incarcérations infructueuses de Bernard Laroche puis de Christine Villemin feront les gros titres de la presse, alors que le jeune juge tombe dans le tourbillon médiatique. Des erreurs de procédure conduiront également à l’annulation de certaines pièces du dossier.

En 1987, l’affaire est reprise par le juge Maurice Simon qui, dans ses carnets, aura une phrase particulièrement dure à l’encontre de son confrère. Cette dernière a été dévoilée par BFMTV le 11 juillet 2017 : "On reste confondu devant les carences, les irrégularités, les fautes, les dissimulations de preuves ou le désordre intellectuel et peut-être simplement matériel du juge Lambert". Quelques heures après ces nouvelles révélations, le juge Jean-Michel Lambert se donne la mort…

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore ! Profitez de 30J d'essaie gratuit

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.