Jean Frydman, un ami très proche de Dominique Strauss-Kahn s'est récemment exprimé pour la toute première fois sur l'affaire du Sofitel de New York. Quatre ans après ce scandale, il a livré les confidences que l'ex-directeur du FMI lui avait faites à l'époque.
AFP

En mai 2011, le nom de Dominique Strauss-Kahn faisait la une de tous les journaux français et internationaux. Celui qui était alors à la tête du Fonds monétaire international et fortement pressenti pour remporter l’élection présidentielle de 2012 se voyait accusé d’avoir sexuellement abusé d’une femme de chambre au Sofitel de New York. Un vaste scandale qui a ensuite conduit DSK à démissionner du FMI et à renoncer à sa carrière politique. Depuis, l’accusé et la plaignante ont réussi à mettre fin à l’affaire en passant un accord à l’amiable : la femme de chambre a retiré sa plainte après avoir reçu une somme d’argent de la part de DSK.

A lire aussi –Que devient Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui a porté plainte contre DSK ?

Mais si cette affaire se conjugue désormais au passé, plusieurs questions n’ont cependant toujours pas trouvé de réponse, notamment celle de savoir si DSK a bel et bien agressé la femme de chambre ou s’il n’a pas été victime d’un piège. "Je crois qu’il y a eu un piège, pas un complot, des gens qui ont voulu faire du zèle et qui ont vu l’occasion de tendre un piège parce qu’il était dans leur hôtel et qu’il y avait des bonnes femmes et qui étaient prêtes à accepter tout", a d’ailleurs récemment confié Jean Frydman. Ami très proche de DSK, cet ancien résistant aujourd’hui âgé de 80 ans a pour la toute première fois accepté de donner son avis sur cette affaire, lors d’un entretien accordé à BFM TV.

Au cours de cette interview, Jean Frydman a non seulement développé l’idée selon laquelle DSK aurait été piégé mais aussi expliqué dans quel état d’esprit l’ex-patron du FMI se trouvait au moment des faits. Rapportant un échange qu’il avait eu avec lui, l’octogénaire a raconté : "Ma question était celle-ci: 'explique-moi comment ce jour-là où tu te prépares à prendre l'avion, tu es toujours le patron du FMI, comment as-tu pu faire une bêtise pareille? Explique-moi ça' ". Ce à quoi son ami lui aurait répondu : "Je n'ai qu'une seule réponse honnête à te dire: j'ai traversé une période où je croyais que tout m'était permis". Et Jean Frydmann de commenter : "Voilà un homme qui est l'un des plus puissants du monde, qui le lendemain va proposer sa candidature de Président de la République qu'il est certain de gagner, et il fait une bêtise extraordinaire". Pour autant, s’il a confié que son ami était dans un état d’esprit particulier au moment où l’affaire du Sofitel a éclaté, il a rejeté en bloc son éventuelle culpabilité. Cet homme est "incapable de violence", a-t-il assuré. Et celui-ci d’ajouter que DSK avait "simplement perdu contact avec la réalité".

"Nafissatou Diallo ne s’est pas retrouvée dans sa chambre pas hasard"

A lire aussi –Affaire du Sofitel : "DSK a été piégé, Nafissatou Diallo n’était pas là par hasard"

Jean Frydman n’est pas le seul à penser que DSK a été piégé en 2011. Auteur d’une biographie consacrée à l’ex-ministre du Travail, Michel Taubman en est lui aussi persuadé. Lors d’un entretien accordé à Planet.fr en 2014, il expliquait : "Nafissatou Diallo ne s’est pas retrouvée dans sa chambre par hasard. J’ai pu consulter 4 heures d’enregistrements réalisés par les caméras de surveillance de l’hôtel et je peux vous assurer que la femme de chambre qui disait avoir été violée avait l’air serein. On la voit même négocier avec ses collègues avant l’arrivée de la police. Et puis il y a aussi la ‘danse de la joie’ que font ces derniers sur les images..."

En vidéo sur le même thème : Anne Sinclair parle de l'affaire du Sofitel sur France 2

Vidéo : Anne Sinclair parle de l'affaire DSK dans Un Jour un destin sur France 2

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.