Une semaine après le lynchage d’une jeune femme dans un parc de Reims (Marne), Nesrine Mook, l’une des cinq auteures présumées de l’agression, a souhaité livrer sa version des faits.

Peu à peu, les langues se délient et l’histoire se fait plus juste. Dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook, celle qui se fait appeler Nesrine Mook a souhaité expliquer sa version des faits. Sur les images, la principale mise en cause dans l’affaire dite du "bikini" de Reims (Mars) reconnaît avoir commis une grosse "erreur". Toutefois, elle précise qu’il n’y avait aucun motif religieux dans l’altercation opposant les deux groupes, confirmant les informations récemment délivrées par le parquet.

 

"Il n’a jamais été question de maillot de bain. Je suis la première à aller bronzer en maillot de bain au parc Léo-Lagrange. Il n’a jamais été question de cela", confie-t-elle. La jeune femme explique que la dispute s’est déclenchée pour "une question de physique". "Ma copine a bien dit 'ce n’est pas l’été, il ne faut pas bronzer, ce n’est pas l’heure de sortir le maillot'. La victime a dit 'vu ton corps, je comprends que tu ne puisses pas te mettre en maillot", détaille Nesrine qui dit avoir reçu une gifle en tentant de séparer les deux filles.

"Comment vous expliquez que cette personne a eu 4 jours d’ITT, alors que j’ai eu 10 jours d’ITT pour moi ?", ajoute-t-elle avant de conclure : "Avec notre histoire, nous sommes des proies faciles (…) Mais nous ne sommes pas des terroristes. Je ne suis pas une terroriste, ni une policière islamique".

Uniquement jugée pour "violences en réunion"

Publicité
Nesrine Mook, ainsi que quatre autres jeunes filles, vont être renvoyées devant le tribunal correctionnel en septembre prochain pour avoir agressé mercredi dernier une femme de 21 ans, vêtue d’un maillot de bain au parc Léo-Lagrange. Seul le motif "violences en réunion" a été retenu.

Le quotidien local L’Union suggérait en effet que le mobile de l’altercation était d’ordre religieux et moral. Une version très vite démentie par le parquet de Reims.

mots-clés : Reims, Temoignage

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité