Affaire Daval : l’ADN met à mal la version du suspect

Depuis un an Jonathann Daval a changé de nombreuses fois de versions. D'abord victime, il a finalement avoué au cours d'une garde à vue avoir étranglé accidentellement son épouse suite à une dispute. Finalement cette version a considérablement changé au mois de juillet. Dans un retournement de situation inédit, l’informaticien de 34 ans s'est mis à accuser son beau-frère, Gregory Gay, d’avoir étranglé Alexia Daval lors d’une crise d’hystérie, rapporte Franceinfo. Selon lui, la famille aurait ensuite conclu un "pacte secret" pour dissimuler le meurtre. 

Cette nouvelle version vient d’être fragilisée. D'après les informations de France 3 qui s’est procuré, ce jeudi 18 octobre, le dernier rapport d’expertise scientifique réalisé sur le corps d’Alexia Daval, seul l’ADN du suspect a été retrouvé sur la victime et sur le lieu de découverte du cadavre. 

Les prélèvements génétiques confortent donc le beau-frère de la victime qui dénonçait des "allégations invraisemblables". Face à ses nouveaux éléments, reste à savoir comment Jonathann Daval va réagir, lui qui dénonce un "complot familial" à son encontre.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.